Un couple amérindien (âgés de 100 ans et 96 ans) célèbre leur 77e anniversaire de mariage

couple

Un couple de Fort McPherson, dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, a célébré les 77 ans passés ensemble en juillet dernier. Peter et Mary Kay se sont mariés le 10 juillet 1939, lors d’une cérémonie avec deux autres couples.

« C’est en fait la sœur de Peter qui lui a dit qu’il devrait épouser ma mère, car elle prendrait soin de lui pour toute sa vie », dit leur fille Dianne Baxter. « Mon père dit que lorsqu’il l’a vue, il était genre « Ouais, OK ».

Il est allé voir son père, qui a parlé au père de Mary.

couple2« Quand on lui en a parlé, au début, elle ne voulait pas se marier, mais c’était un mariage arrangé. Elle a dit ‘Je ne l’aimais pas au début, mais j’ai appris à l’aimer au fil des ans.’ ». ‘Tout ce que vous aviez, vous le partagiez’.

Peter a 100 ans et Mary a 96 ans. Ils habitent toujours dans leur maison et leurs enfants viennent prendre soin d’eux à tour de rôle. Mary cuisine toujours pour les voisins âgés lorsqu’elle le peut.

« Leur couple s’accorde très bien ensemble et ils ont tous les deux les mêmes pensées, » dit leur fille.

« Ils avaient établi des règles à la maison et nous respections les règles. Ils nous disaient toujours qu’il est nécessaire d’aider les gens de la communauté car c’est ainsi que mon père a été élevé et que ma mère a été élevée, tout ce que vous aviez, vous le partagiez. »

Les règles comprenaient le partage des aliments de la récolte avec les aînés, les malades et d’autres familles, dans cet ordre-là. Leur fille dit que lorsque son père apportait de la nourriture à des aînés, ils lui souhaitaient une longue et heureuse vie, et ainsi il pense qu’il doit sa santé et sa longévité aux valeurs de la communauté qu’on lui a apprises. Les traditions se sont transmises.

Leur fille dit que la famille continue cette tradition.

« A chaque fois que nous allons à la cueillette des baies, nous en donnons  pour aider d’autres familles qui sont dans le besoin, qu’il s’agisse de mères seules qui ne peuvent pas sortir, ou quand quelqu’un décède dans la région où habitent les Gwich’in, nous contribuons à la fête avec les aliments traditionnels que nous récoltons des terres ».

A cause des crues, le ferry a été fermé le week-end de l’anniversaire, ce qui a empêché quelques membres de la famille d’assister à la fête. Mais la pluie le matin de la fête d’anniversaire était la bienvenue, dit Dianne Baxter, car sa mère se souvient qu’il avait plu le jour de son mariage mais que le ciel s’était éclairci dans la soirée.

« Elle a toujours dit ‘la pluie est une bonne chose, ce sont des averses de bénédictions.’ »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *