Le désastre de la maladie du soda ravage notre corps…

Six millions de Français sont atteints par la Nash, pathologie du foie gras humain. Reconnue seulement depuis 2012 comme étant une maladie à part entière, elle pourrait devenir la première cause de greffes de foie d’ici 2020.

La « NASH », appelée également stéatohépatite non-alcoolique, est une maladie du foie qui associe une accumulation de graisse dans le foie, une inflammation et une dégénérescence des cellules non due à l’alcool mais à la consommation de sucre en quantité importante, par exemple les sodas. Une fois installée, la maladie s’accompagne d’un risque de cirrhose élevé, un état au cours duquel les fonctions se désorganisent pour finalement s’avérer insuffisantes. À cet instant, la NASH peut évoluer vers des cancers du foie. Il faut également savoir que cette maladie se déclare sans causer de douleurs, ni de symptômes, elle reste silencieuse. Le seul moyen de la détecter est la biopsie en prélevant une petite partie de l’organe, en l’occurrence le foie. Complexe à diagnostiquer, cette maladie prend également de plus en plus de place dans notre société, selon une étude, 25 à 30% de la population seraient concernés, certains pensent que ces statistiques sont largement sous-cotées…

Notre corps ne suit plus

Un mode de vie inquiétant serait la cause de l’évolution rapide de cette maladie. Une mauvaise alimentation en hausse combinée à une activité physique en baisse, se traduisent par un surpoids, de l’obésité, du diabète… Arrivées à saturation, les graisses vont être stockées dans le foie, voici les prémices du NASH. À l’heure actuelle, 6 millions de français en sont atteints. À terme, il est indiqué que 5% des malades développeront un cancer du foie, il est grand temps d’agir pour contrer cette maladie.

Agir

Pour sensibiliser la population et les professionnels de santé à cette épidémie silencieuse, des scientifiques français et la société Genfit ont créé un fonds de 1,9 million d’euros. Selon eux, il faut lever le voile sur cette pathologie d’un nouveau genre, encore entourée d’une part de honte (car pour la grande majorité des personnes, les maladies du foie sont liées à la surconsommation d’alcool) afin d’améliorer le dépistage, la prise en charge, et trouver un possible remède. Les experts s’attendent à ce que cette maladie deviennent la première cause de transplantation en France, en perpétuelle hausse et présente de plus en plus tôt dans la population française. Il est grand temps d’agir lorsqu’on sait que le seul moyen de prévenir l’apparition de cette maladie ou ralentir son évolution est de manger sainement et effectuer une activité sportive.

Il y a un rôle de sensibilisation qui doit être mené, nous ne devons pas attendre le dépistage d’une maladie pour la traiter. Nous devons faire en sorte de ne jamais la contracter. Cette maladie se contracte le plus souvent par la malbouffe et la consommation de sodas, il serait impératif de poser des réglementations sur la contenance en sucre pour les grands groupes commercialisant des sodas ou autres fastfoods qui nous détruisent la santé. Il est d’ailleurs navrant et inquiétant de voir l’influence qu’ont ces grandes multinationales car l’on sait pertinemment que certains produits comme le Coca Cola sont saturés en sucre et devraient être réglementés voire supprimer de la vente ! Auparavant, concernant les boissons énergisantes, une limite sur la concentration en taurine avait été fixée, faisons de même pour le sucre.

Autre moyen de lutter contre cette maladie, pourquoi ne pas promouvoir d’avantage le sport au collège, lycée et université de sorte à inciter les jeunes à pratiquer une activité physique dès l’adolescence, ce qui permettrait de réduire les chances de contracter cette maladie. Si les personnes et organisations érigeant les lois ne font rien pour protéger leur population, alors cette épidémie pourrait toucher plus de la moitié des personnes d’ici cinq ans en augmentant en même temps le risque de cancer de foie.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *