Monsanto coupable d’empoisonnement chimique en France

Un tribunal français a déclaré le géant biotechnologique américain Monsanto, coupable de l’empoisonnement chimique d’un agriculteur français, un jugement qui pourrait donner du poids aux autres allégations de santé contre les pesticides.

Dans le premier cas du genre entendu par un tribunal en France, le céréaliculteur Paul François, 47 ans, dit avoir eu des problèmes neurologiques, y compris la perte de mémoire, des maux de tête et des bégaiements après avoir inhalé l’herbicide Lasso de Monsanto en 2004.

Il accuse le géant de l’agro-business pour ne pas fournir un avertissement adéquat sur l’étiquette du produit.

La décision a été rendue par un tribunal de Lyon, au sud-est France, qui a ordonné une expertise des pertes François d’établir le montant des dommages.

« C’est une décision historique dans la mesure où c’est la première fois qu’un fabricant de pesticides est reconnu coupable d’un tel empoisonnement », François Lafforgue, avocat de François, a déclaré à Reuters.

Monsanto a déclaré qu’il était déçu par la décision et examinera s’il ya lieu de faire appel du jugement.

«Monsanto a toujours considéré qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments pour établir une relation de cause à effet entre les symptômes de Paul François et un empoisonnement potentiel», a déclaré l’avocat de l’entreprise, Jean-Philippe Delsart.

Les précédentes allégations de santé des agriculteurs ont échoué en raison de la difficulté d’établir des liens clairs entre les maladies et l’exposition aux pesticides.

François et d’autres agriculteurs qui souffrent de la maladie ont mis en place une association l’an dernier pour faire valoir que leurs problèmes de santé devrait être liés à l’utilisation de produits des pesticides.

La branche agricole du système de sécurité sociale français, on dit que depuis 1996, il a rassemblé les rapports d’agriculteurs de maladie potentiellement liés aux pesticides, avec environ 200 alertes par an.

Mais seulement 47 cas ont été reconnus comme dus aux pesticides au cours des 10 dernières années. François, qui souffre de problèmes neurologiques, a obtenu le statut d’invalidité de travail seulement après la cour d’appel.

MOINS INTENSIF MAINTENANT

L’affaire de François remonte à une période d’utilisation intensive de produits chimiques de protection des cultures dans l’Union européenne. L’UE et ses pays membres ont depuis interdit un grand nombre de substances considérées comme dangereuses.

Lasso, un herbicide  pré-émergent du sol appliqué qui a été utilisé depuis les années 1960 pour contrôler les graminées et les mauvaises herbes à feuilles larges dans les champs agricoles, a été interdit en France en 2007 à la suite d’une directive de l’UE après que le produit ait déjà été retiré dans certains autres pays.

Bien que c’était l’herbicide le plus vendu, il a progressivement perdu de sa popularité, et les critiques disent que plusieures études ont montré des liens avec plusieurs problèmes de santé.

Le roundup de Monsanto est actuellement l’herbicide majoritairement utilisé pour tuer les mauvaises herbes. La société commercialise en collaboration avec ses biotech des cultures tolérantes à l’herbicide «Roundup Ready» . Le maïs Roundup Ready, le soja, le coton et d’autres cultures ne meurent pas quand alles sont pulvérisées directement avec l’herbicide, une caractéristique qui les a rendus très populaires chez les agriculteurs américains.

Mais les agriculteurs sont maintenant encouragés à utiliser d’autres types de produits chimiques à nouveau car le Roundup perd de son efficacité à cause d’une augmentation des «super mauvaises herbes» qui sont résistantes au Roundup.

Et tandis que les risques des pesticides constituent un danger généralement connu et accepté de l’agriculture dans la plupart des endroits, les agriculteurs sont priés de prendre soin lors de la manipulation des produits chimiques, l’utilisation accrue des pesticides ne fera que causer plus de tort à la santé humaine et l’environnement, dit la critique.

« Le processus d’enregistrement ne protège pas contre le mal. LEs fabricants doivent être tenus responsables des impacts défavorables qui se produisent», a déclaré Jay Feldman, directeur de Beyond Pesticides, un groupe sans but lucratif axé sur la réduction de l’utilisation des pesticides.

La France, le plus grand producteur agricole de l’UE, vise désormais une réduction de 50 pour cent dans l’utilisation des pesticides entre 2008 et 2018, avec des premiers résultats montrant une réduction de 4 pour cent de l’utilisation en exploitation agricole et non agricole en 2008-2010.

La demande de François peut être plus facile à faire valoir que d’autres parce qu’il ne peut identifier un incident spécifique – l’inhalation du Lasso lors du nettoyage de la cuve de son pulvérisateur – alors que d’autres agriculteurs tentent de montrer les effets cumulés de divers produits.

«C’est comme couché sur un lit d’épines et d’essayer de dire lequel vous avez coupé », a déclaré un agriculteur, qui a guéri d’un cancer de la prostate et a demandé à ne pas être nommé.

L’association française des sociétés de protection des cultures, UIPP, dit que les pesticides sont soumis à des tests et que toute preuve d’un risque de cancer chez l’homme entraîne le retrait de produits du marché.

« Je pense que si nous avions un problème majeur de santé avec des pesticides, nous aurions déjà été au courant à ce sujet», a déclaré Jean-Charles Bocquet, directeur général UIPP.

La branche agricole de la sécurité sociale doit cette année ajouter à la maladie de Parkinson à sa liste d’affections liées à l’utilisation des pesticides après avoir déjà reconnu certains cas de cancer du sang et de la vessie et des problèmes respiratoires.Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), quant à elle, mène une étude sur la santé des agriculteurs, les résultats sont attendus l’année prochaine.

Source: http://www.reuters.com/article/2012/02/13/us-france-pesticides-monsanto-idUSTRE81C0VQ20120213

Un commentaire

  1. Olivier dit :

    Hélas ça reste une goutte d’eau dans l’empoisonnement généralisé qu’a commis monsanto (et d’autres, mais monsanto est le plus gros, le plus emblématique), et là encore, ils vont certainement faire appel pour continuer de faire durer les procès et faire en sorte que l’affaire se tasse, tout en continuant à empoisonner le monde entier en toute impunité… Il serait temps que les États fassent ce qu’ils sont censés faire ! Sinon, ils n’ont aucune utilité.

Comments are closed.