Pourquoi vos grands-parents n’avaient pas d’allergies alimentaires… mais vous oui

KOSTOPIL,UKRAINE, SEPTEMBER 30, 1960 - Vintage photo of farmers

Est-ce-que vos grands-parents avaient des allergies alimentaires? Les miens non. Une comparaison de l’épidémie croissante des allergies alimentaires, s’aggravant à chaque génération.

Alors, pourquoi vos grands-parents n’avaient pas d’allergies alimentaires? C’est vraiment très simple…

1) Ils mangeaient des aliments entiers et de saison.

La nourriture provenaient de fermes et de petits marchés dans les années 1900, et parce que les conservateurs alimentaires n’étaient pas encore largement utilisés, la nourriture était fraiche. En raison de l’absence de produits alimentaires transformés, leur régime étaient riche en nutriments leur permettant d’obtenir la nutrition dont ils ont besoin de par leur alimentation.

Pour les bébés, le lait maternel a été précieux et il était toujours de saison.

2) Ils ne faisaient pas de régime, et ne jouaient pas à des jeux restrictifs avec leur corps et leur métabolisme. Ils mangeaient de la nourriture lorsque la nourriture était disponible.

Nos grands-parents n’étaient pas victimes de régimes à la mode, du marketing alimentaire, du calcul des calories, et d’autres habitudes alimentaires néfastes qui sont populaires aujourd’hui (en partie parce que l’infrastructure de commercialisation n’existait pas encore). En raison de cela, ils avaient un métabolisme sain, et mangeaient selon les besoins et les envies de leur corps.

3) Ils faisaient cuire leurs aliments à la maison, en utilisant des méthodes traditionnelles de préparation à partir de rien.

L’achat d’aliments transformés n’était pas une option, et manger à l’extérieur était un luxe rare. Heureusement pour nos grands-parents ces habitudes ont réellement amélioré leur santé.

Loading...

4) Ils ne consommaient pas d’OGM, d’additifs alimentaires, de stabilisants et d’épaississants.

La nourriture n’était pas encore traitées avec des additifs, des antibiotiques et des hormones pour aider à préserver la durée de vie et le remplir les poches des producteurs de denrées alimentaires dans le début des années 1900 au détriment de la santé du consommateur.

5) Ils mangeaient l’animal en entier qui incluait les bouillons d’os et les abats riches en minéraux.

Les os d’animaux étaient gardés ou achetés pour faire des bouillons et des soupes, et les abats avaient toujours une place spéciale à la table du dîner. Ces aliments étaient estimés pour leurs propriétés médicinales, et n’étaient jamais jetés.

6) Ils n’allaient pas chez le médecin quand ils se sentaient malades et ne prennaient pas de médicaments sur ordonnance. Les visites chez le médecin étaient réservées pour des blessures accidentelles et les maladies potentiellement mortelles.

Quand ils avaient de la fièvre, ils attendaient que ça passe. Quand ils se sentaient malades, ils mangeaient des soupes, des bouillons et se reposaient beaucoup. Ils n’appelaient pas leur médecin ou une infirmière, et faisaient confiance dans le processus naturel de guérison du corps beaucoup plus que nous le faisons aujourd’hui. Leur nourriture était leur médicament, qu’ils l’aient réalisé ou non.

7) Ils passaient beaucoup de temps à l’extérieur.

Nos grands-parents n’avaient pas le choix de rester à l’intérieur et de jouer sur leurs téléphones, leurs ordinateurs et leurs consoles de jeu. Ils jouaient sur la station de jeu originale: les vélos, les balançoires et la bonne vieille mère nature!

Et qu’est-ce que ces choses ont à faire avec les allergies alimentaires?

La nutrition affecte chaque cellule de notre corps. La santé de nos cellules dépend de l’alimentation et du mode de vie. Les cellules créent les tissus, les tissus créent les organes, et nous sommes constitués d’un système d’organes. Si votre alimentation est inadéquate, l’intégrité de chaque cellule, tissu et organe de votre corps en souffrira, ainsi vous pourriez être PLUS sensibles à certains aliments.

Source : Butter Nutrition

5 commentaires à “Pourquoi vos grands-parents n’avaient pas d’allergies alimentaires… mais vous oui”

  1. Jose dit :

    Vous avez oublie touts les produits chimiques que on utilise pour « nettoyer »

  2. Fred dit :

    Bonjour et merci pour cet excellent article.

    On entend toujours dire que c’était mieux avant….
    On critique toujours les jeunes pour ce qu’ils font.

    Ici, pas de jugement, que des constatations. C’est très pertinent et ça pointe du doigt le vrai problème.

    Merci

  3. Marie-Soleil Pilette dit :

    Point 6: l’espérance de vie était moins bonne que la nôtre et la mortalité infantile était plus élevée qu’aujourd’hui…

  4. Sol delaforêt dit :

    Ah, les chiffres historiques sont bien fluctuants (je l’ai vu plusieurs fois – en comparant différents historiens). L’espérance de vie n’était pas mauvaise : beaucoup de personnes de ma famille sont mortes après 80 ans (et une vie très dure). Et ils étaient en général plus robustes. Il faut tenir compte des guerres qui ont bien influencé les chiffres. Ils n’avaient pas de médicaments à prendre « à vie » (phénomène de civilisation d’ailleurs assez récent).
    Pour la mortalité infantile, il faut surtout tenir compte de l’hygiène et de la pauvreté. Celle-ci d’ailleurs redevient la norme .

  5. Dorian dit :

    Le véritable problème c’est l’eau, nous buvons tous une eau morte, pauvre en electrolyte, qui empêche les cellules d’assimiler entièrement les nutriments, les anciens buvés l’eau du puit, une eau saine et riche. c’est la base de la vie…

Comments are closed.