30 signes précurseurs que vos hormones sont déséquilibrées (et comment les équilibrer)

hormones

« Je sens un tel déséquilibre hormonal » me dit une patiente. « Je suis fatiguée de me sentir mal tout le temps. Est-ce que j’ai besoin de suivre un traitement hormonal substitutif pour me sentir mieux, ou bien y a-t-il un moyen naturel pour rééquilibrer mon système hormonal ? »

Les déséquilibres hormonaux sont épidémiques de nos jours. Quand on parle des hormones, il est nécessaire de penser à une symphonie. Toutes les hormones interagissent entre elles, alors quand certaines se dérèglent, d’autres suivent rapidement. On compte beaucoup de joueurs clés dans cet orchestre – les surrénales, la thyroïde, l’insuline – mais aujourd’hui, nous étudions en particulier les hormones sexuelles féminines.

Alors que de nombreux facteurs peuvent dérégler nos hormones sexuelles, la bonne nouvelle est que beaucoup de femmes peuvent corriger ces dérèglements sans médicaments.

Il se pourrait que vous n’en appreniez rien par la médecine conventionnelle, qui semble souscrire à l’idée que les femmes sont destinées à souffrir tout au long de leur vie. Les femmes souffrent de sautes d’humeur et de comportements résultant des trois P : Puberté, syndrome prémenstruel, et péri-ménopause (les années avant et juste après leurs dernières règles), ou de trois M : les crampes menstruelles, la ménopause et l’anxiété mentale !

Le corps des femmes est-il défectueux ?

Pourquoi les niveaux d’hormones sexuelles baissent-elles jusqu’à 90% au cours du processus de vieillissement ? Les femmes sont-elles destinées à souffrir de troubles de l’humeur, de perte musculaire, de troubles du sommeil, de troubles de la mémoire et de problèmes sexuels ?

Loading...

Bien sûr que non !

Les souffrances liées à votre cycle de vie reproductive sont inutiles. Elles ne résultent pas de la malchance, elles sont dues à de mauvaises habitudes, telles que la consommation d’alcool et le tabagisme ; la consommation de beaucoup de sucre raffiné et de glucides ; la consommation de produits laitiers et souvent le gluten ; pas assez d’exercice ; l’exposition aux toxines environnementales et le stress chronique (entre autres).

Penser que 75% des femmes ont un défaut intrinsèque qui leur inflige le syndrome prémenstruel et nécessite un traitement médical est juste absurde. Penser que les femmes ont à s’affaiblir, se dessécher et perdre la vitalité émotionnelle, physique et sexuelle est une prophétie auto-réalisatrice pesante.

Nous avons maintenant d’innombrables exemples d’équilibre épanoui à tout âge. Une patiente de 81 ans m’a parlé une fois, avec une étincelle dans les yeux, de son nouveau petit ami et de leur merveilleuse vie amoureuse ! S’épanouir est possible à tout âge et cela n’a pas à venir d’une pilule.

Autrement dit, le syndrome prémenstruel, les symptômes de la ménopause et les autres problèmes sont tous des problèmes de dérèglement de vos hormones sexuelles. Ils ne sont pas le résultat de gènes mutants qui détruisent notre vitalité sexuelle quand nous vieillissons. Au lieu de cela, ce sont des symptômes de déséquilibre sous-jacents de l’un des systèmes de base de votre corps qui peuvent être traités. Rééquilibrez vos hormones sexuelles, et ces problèmes disparaissent habituellement.

La vérité est que les femmes n’ont PAS besoin de souffrir.

Au lieu de recourir à une substitution hormonale (qui pourrait être la première idée de traitement de votre médecin traitant), il est nécessaire de comprendre le « pourquoi » – ce qui est à l’origine des symptômes.

En d’autres termes, comprendre ce qui crée ces déséquilibres, et traiter le problème sous-jacent. Voilà où la médecine fonctionnelle intervient : vous traitez la cause sous-jacente à l’origine du déséquilibre et les symptômes commencent à s’atténuer.

La plupart d’entre nous avons une vie complètement déséquilibrée. Malheureusement, nous en arrivons à accepter comme « normaux » de nombreux symptômes qui ne sont que des signes de déséquilibre et le type de déséquilibre qui affecte presque tout le monde dans notre société est un déséquilibre hormonal.

Il est possible de rétablir l’harmonie pour ces dérèglements et pour d’autres.

Etes-vous aux prises avec des hormones sexuelles déséquilibrées ?

Lorsque les patientes supposent que leurs hormones sexuelles pourraient être chaotiques, je leur demande de s’auto-évaluer à l’aide de ce questionnaire :

J’ai le syndrome prémenstruel.

Mon poids fait le yoyo tous les mois.

J’ai de l’oedème, j’enfle, j’ai des gonflements, ou de la rétention d’eau.

Je me sens bouffie.

J’ai des maux de tête.

J’ai des sautes d’humeur.

J’ai des seins mous et trop gros.

Je me sens déprimée.

Je ne me sens pas capable de faire face aux obligations ordinaires.

J’ai mal au dos, aux articulations ou aux muscles.

J’ai des fringales prémenstruelles (en particulier du sucre ou du sel).

J’ai des cycles irréguliers, des saignements abondants, ou des saignements légers.

Je suis infertile.

J’utilise des pilules contraceptives ou d’autres hormones.

J’ai des migraines prémenstruelles.

J’ai des kystes mammaires ou les seins fibrokystiques.

J’ai des antécédents familiaux de cancer du sein, de l’ovaire ou de l’utérus.

J’ai des fibromes utérins.

J’ai des symptômes péri-ménopause (bouffées de chaleur, sautes d’humeur, maux de tête, cycles irréguliers, saignements abondants, rétention d’eau, sensibilité des seins, sécheresse vaginale, brouillard du cerveau, douleurs musculaires et articulaires, faible libido, gain de poids).

J’ai des bouffées de chaleur.

Je me sens anxieuse.

J’ai des sueurs nocturnes.

J’ai des insomnies.

J’ai perdu ma libido.

J’ai la peau sèche, les cheveux secs et/ou le vagin sec.

J’ai des palpitations cardiaques.

J’ai des problèmes de mémoire ou de concentration.

J’ai des ballonnements ou des gains de poids à la taille.

J’ai des poils sur le visage.

J’ai été exposée à des pesticides ou des métaux lourds (dans la nourriture, l’eau, l’air, les vaccins, les soins dentaires et autres).

Comptez un point à chaque fois que vous répondez « oui », puis vérifiez combien vous avez obtenu en utilisant l’échelle ci-dessous :

0 à 9 – Vous pouvez avoir un léger déséquilibre des hormones sexuelles.

10 à 14 – Vous pouvez avoir un déséquilibre modéré des hormones sexuelles.

15 ou plus – Vous pouvez avoir un grave déséquilibre des hormones sexuelles.

Maintenant que vous avez déterminé le degré de gravité de votre déséquilibre, nous allons parler de la seule chose que vous pouvez faire aujourd’hui pour commencer à traiter vos symptômes.

Le bon régime alimentaire devient votre priorité numéro un pour équilibrer vos hormones

Equilibrer vos hormones est un processus, et parfois, il peut y avoir des hauts et des bas. Mais en vous y mettant maintenant, vous pouvez devenir pleine de vitalité, heureuse, alerte, brillante et épanouie.

Votre alimentation est la base qui contribue à équilibrer vos hormones sexuelles.

La première étape consiste à enlever les mauvaises choses. Nous savons que le sucre, la caféine, l’alcool, le stress et le manque d’exercice contribuent à aggraver les syndromes prémenstruels et tous les déséquilibres hormonaux – y compris la ménopause.

Les déséquilibres hormonaux sont déclenchés par la mauvaise alimentation. Si vous mangez du sucre, vous allez produire plus d’insuline, plus d’oestrogènes, et plus de testostérone. Tout type de farine et de sucre peut conduire à ces déséquilibres. Les produits laitiers et le gluten sont souvent les déclencheurs d’inflammations et de déséquilibres hormonaux. Les xénobiotiques et les produits chimiques environnementaux comme les pesticides dans nos aliments peuvent agir comme de puissants perturbateurs hormonaux et entraîner le déséquilibre de nos propres hormones. Si vous êtes intéressé de savoir comment ces toxines perturbent nos hormones, vous pouvez lire Our Stolen Future (Notre Avenir Volé) par Theo Colburn.

Les produits laitiers sont l’un des principaux déclencheurs de déséquilibres hormonaux à cause de toutes les hormones trouvées naturellement dans le lait et aussi du fait des hormones et antibiotiques ajoutés au lait. Même le lait bio peut venir de vaches enceintes, ce qui fait grimper encore les niveaux d’hormones. En fait, les produits laitiers contiennent plus de 60 hormones qui peuvent contribuer à des déséquilibres. Les produits laitiers et le gluten sont parmi les sensibilités alimentaires les plus courantes et vous pourriez tirer grand bénéfice en les éliminant de votre alimentation.

Après avoir éliminé les mauvais produits, vous aurez envie de les remplacer par des produits sains. Choisissez une alimentation complète, biologique, non transformée, pour la plus grande partie composée de plantes avec des produits animaux élevés en bio ou de façon respectueuse. Lorsque vous concentrez votre alimentation sur ce type d’ingrédients, vous réduisez votre consommation de xénoestrogènes, d’hormones et d’antibiotiques. Commencer par de petites étapes comme choisir les aliments bio et boire de l’eau filtrée peut avoir des effets énormes sur votre équilibre hormonal.

Vous pourriez envisager de suivre mon régime pour se détoxifier complètement du sucre en 10 jours, qui va naturellement aider à rétablir vos hormones en éliminant les aliments transformés sucrés et les sensibilités alimentaires, tout en vous concentrant sur les aliments non transformés bio et complets. Pour rétablir les hormones féminines, centrez votre attention sur les aliments spécifiques qui équilibrent les hormones. Augmentez certains aliments comme les graines de lin, les légumes crucifères, les bonnes graisses, le miso. Ajoutez chaque jour 1 à 2 cuillères à soupe de graines de lin moulues dans vos aliments.

Autres stratégies pour équilibrer vos hormones sexuelles

A part l’alimentation, vous pouvez agir de nombreuses façons pour équilibrer vos hormones sexuelles sans avoir recours à des médicaments.

Prenez des suppléments intelligement. L’huile de poisson et les suppléments de vitamine D et de vitamines B aident à équilibrer les oestrogènes. Prenez aussi un bon complément de multivitamines et minéraux avec suffisamment de calcium et de magnésium. Les probiotiques, les antioxydants et les phytonutriments (vitamine E, resveratrol, curcumine, n-acétylcystéine, thé vert, sélénium) et les graisses anti-inflammatoires oméga 3 peuvent aider à équilibrer les hormones sexuelles.

Faites de l’exercice. Lorsque vous faites de l’exercice, vous éprouvez moins de syndromes prémenstruels et autres problèmes d’origine hormonale. Trouvez un type d’exercice qui vous plaît : courir, longues promenades, musculation, danse, ou tout autre forme de mouvement que vous appréciez et qui vous réjouit.

Réduisez le stress. Le stress chronique peut déclencher ou aggraver les déséquilibres hormonaux. La solution consiste ici à trouver ce qui fonctionne pour vous pour réduire votre stress. Cela peut être la méditation, le yoga, l’EFT, des thérapies, ou une méthode d’expression créative : art-thérapie, mandalas, chant, biodanza, etc. Ce morceau aide à dissiper le stress, l’anxiété, et la tension.

Il est important d’avoir à l’esprit que lorsque le corps est en stress, les fonctions de protection du corps sont mises en veille, ouvrant la voie aux inflammations et dérèglements de toutes sortes. Le stress ne devrait intervenir qu’en cas de danger immédiat et de courte durée, car il « lance » alors sont programme « lutte ou fuite » en produisant un excès de cortisol et d’adrénaline.

Dormez bien. Le manque de sommeil peut avoir un impact négatif sur les syndromes prémenstruels, la ménopause, et d’autres conditions. Avoir huit heures de sommeil de qualité et ininterrompu chaque nuit est une des meilleures choses à laquelle je peux penser pour équilibrer les niveaux hormonaux.

Réduisez ou éliminez l’alcool. L’alcool – oui, même le vin rouge – augmente les oestrogènes et donc les risques de cancer.

Je vous souhaite une bonne santé et le bonheur,

Mark Hyman

Lire aussi : 48 aliments pour équilibrer vos hormones et vous donner une peau éclatante