Gels douche : toxiques et trompeurs ?

Vous avez très certainement entendu parler du récent documentaire diffusé sur France 5 « Gel douche : Peaux sensibles s’abstenir » par Liza Fanjeaux. Un vrai buzz !

En tant qu’intervenant dans le reportage qui fait grand bruit sur la toile depuis dimanche dernier, je me suis dit qu’il serait bien d’aborder ensemble la question épineuse des gels douche, et de vous donner quelques conseils qui n’apparaissent hélas pas dans le documentaire…

Alors, vous venez avec moi sous la douche ?

1) Doc du Dimanche ou Doc de Choc ?

J’avais été contacté par la journaliste Liza Fanjeaux il y a des mois et je savais donc que ce reportage dénonçant certains abus marketing des gels douche allait être diffusé en avril. Comme vous le savez, j’ai moi aussi dénoncé dans le passé certains travers des cosmétiques conventionnels, et notamment avec mes vidéos rigolotes appelées « tribunal de la beauté » (clic pour revoir comment je décrypte les étiquettes Estée Lauder ou Yves Rocher pour y découvrir des ingrédients polluants ).

Je ne me doutais pas cependant que le reportage aurait un tel retentissement sur les réseaux sociaux, qu’il serait réellement « à charge » contre les gels douche conventionnels et plus encore contre ceux qui se prétendent naturels sans l’être, comme ceux de Lush qu’on voit dans le reportage (clique ici ou ici pour revoir le reportage depuis n’importe quel pays sur Dailymotion, sinon visite le site pluzz de France Télévisions depuis la France uniquement).

Je ne compte pas ici faire la critique du reportage, que je trouve dans l’ensemble relativement bien foutu malgré une conclusion qui selon moi n’en est pas une, à propos des bienfaits du savon de Marseille. Je préfère vous donner mon avis à moi sur les gels douche qu’on nous vend actuellement, et vous conseiller pour une consommation plus en adéquation avec le mouvement Slow Cosmétique. C’est ce que j’ai tenté de faire dans le reportage d’ailleurs, mais pas mal d’éléments ont été coupés, ce qui est classique dans un montage TV hélas…

Loading...

2) Mon avis sur les gels douche conventionnels

Comme je le dis dans le documentaire, je trouve les gels douche conventionnels tout bonnement honteux.

Oui, il est honteux que des produits vendus en masse en 2014 puissent nous tromper à ce point, et se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Attention, rassurez-vous, tous les gels douche sont tous de bons détergents relativement doux, et ils ne sont pas non plus immédiatement dangereux pour la santé. Quand je dis qu’ils sont trompeurs, c’est surtout au niveau des messages qu’ils véhiculent que cela se passe…

Je classe les gels douche (et par extension les shampoings ou les soins) en deux catégories :

a) Les faux naturels ou les rois du Greenwashing :

Ces gels douche-là, et les shampoings qui vont avec, se présentent à nous comme naturels alors qu’ils contiennent une toute petite partie d’ingrédients naturels, noyés dans une mer d’ingrédients synthétiques ou élaborés chimiquement.

Qui a envie de se laver avec un produit contenant du polyéthylène glycol (PEG) ? Qui a envie de respirer un parfum 100% synthétique ? Qui a envie de savoir que la mousse si douce produite par un gel douche est issue d’un ingrédient irritant à long terme comme le sodium laureth sulfate ? Personne. Et c’est pour cela que les marques suivantes préfèrent évoquer le rêve de la naturalité plutôt que le détail de leurs composants…

Je ne retiens ici que quelques marques, vrais symboles de ce très large segment des faux naturels. Pourquoi citer ces marques ? Parce qu’elles contiennent toutes au moins un ingrédient synthétique dans une de leurs formules, et souvent en bonne place dans la liste INCI (clic pour savoir kézako, et je vous rappelle que la liste INCI est obligatoire sur l’emballage et se lit dans l’ordre décroissant), et parce que leur discours marketing n’a rien à voir avec leurs formulations décevantes.

> en grandes surfaces : Le Petit Marseillais / DOP /Nectar of Nature (les nouveaux produits « nature » chez Carrefour) / Ultra Doux / Tahiti / Palmolive / Fa …

> en boutiques propres : L’Occitane / Yves Rocher / Lush

> en pharmacies : Nuxe classique (pas la gamme BIO beauté by Nuxe qui très bien)/Caudalie (quoique leurs formules sont de plus en plus propres) / (mention spéciale pour les cheveux avec Phyto et Furterer)

> en parfumeries : Biotherm / Clarins / Sisley / … et en réalité presque TOUT ce que vous pouvez trouver chez Sephora, Marionnaud, Ici Paris XL, Douglas et compagnie… un réseau de distribution qui n’a vraiment RIEN compris à la cosmétique naturelle.

b) Les faux dermatos, ou les rois des faux semblants :

Ces gels douche-là, et à nouveau les shampoings des mêmes marques qui vont avec, se présentent à nous comme des « soins » lavants, hydratants et tutti cuanti. Ils disent être le fruit d’une recherche pointue en matière de soin et de cosmétologie. Ils mettent en avant un actif breveté ou plus simplement un extrait de plante mais formulé d’une façon précise. En réalité, tout cela est vrai. ils lavent, ils « hydratent » très superficiellement parfois…
Le problème avec eux, c’est la question du sens. Quel est le sens de ces messages si l’on sait qu’en réalité comme tous les gels douche il s’agit essentiellement d’une formule simple à base d’eau (beaucoup d’eau), d’épaississants, d’un ou plusieurs tensio-actifs appartenant bien souvent à la famille des matières éthoxylées (lisez mon livre SVP pour comprendre), de parfum synthétique et de conservateurs. La question du sens se pose aussi quand on sait que le produit ici est rincé et ne restera que quelques minutes sur la peau (heureusement pour nous d’ailleurs ;-)). La question du sens enfin se pose à nouveau quand on pense aux « moyens » qui sont utilisés pour obtenir telle ou telle « fin ». Cela a-t-il du sens d’utiliser un produit aussi synthétique et transformé pour me laver en douceur la peau ? A mon humble avis, non !
Un autre problème plus sérieux est celui de la présence dans ces produits soi-disant « hi-tech » de conservateurs criticables (voyez dans le reportage), de parfums synthétiques uniquement, de BHT, d’EDTA, de PPG et de PEG’s, de phenoxyethanol parfois. Attention, ils n’en contiennent pas tous, mais aucun d’entre eux ne présente une formule qui ne contiennent pas au moins un ingrédient synthétique ou discutable… A nouveau je ne cite que quelques exemples génériques pour illustrer un segment entier du secteur :

> En grandes surfaces : Nivéa / Dove / Vendôme / Adidas / Mixa (pas tout, pas le bio) / Garnier …

> En pharmacies : La Roche Posay / Ducray / Bioderma / Avène / A-derma…

> En parfumeries : tous les gels douche de grandes marques de parfum / Dior / Chanel… la liste est trop longue et c’est déprimant…

NOTA BENE : Vous n’en revenez pas de voir ici citée une marque que vous pensiez comme ceci ou comme cela ? Lisez la liste INCI qui figure sur l’emballage de votre produit et, ingrédient par ingrédient si il le faut, vérifiez la teneur de sa formule grâce à des sites comme Le Flacon (qui reprend des centaines d’ingrédients en lien avec des milliers de produits), la base de données Skin Deep d’EWG (attention c’est en anglais mais c’est bien foutu), le site de Rita Stiens « La Vérité sur les cosmétiques » , ou des livres comme mon best-seller « Adoptez la Slow Cosmétique » , ou encore ceux de Laurence Wittner ou Rita Stiens.

3) Ce que le documentaire n’a pas dit, et mes conseils pour vos bains-douche

Je pense qu’au lieu de terminer le reportage à charge en orientant vers le vrai savon de Marseille, ce qui n’était pas nul mais bien trop succinct, le documentaire de Liza Fanjeaux qui a suscité cet article aurait pu ménager un peu plus d’espace pour dire que des gels douche vraiment naturels existent et se trouvent partout en magasins bio, et que d’autre part on trouve aujourd’hui de bons savons doux et surgras, comme par exemple les savons saponifiés à froid.

Quelques conseils utiles selon moi :

– Vous souhaitez un gel douche vraiment naturel sans vous passer de mousse et de plaisir ?

Allez en magasin bio ou en boutique spécialisée vraiment bio. Optez pour une marque certifiée bio par un label reconnu (Ecocert, Cosmebio, Qualité France, Nature & Progrès, Ecogarantie Certisys, BDIH, cela doit suffire et vous pouvez momentanément oublier les autres labels si vous êtes débutant).
Cette marque a répondu à une charte contraignante pour sa formulation, et elle ne contient donc pas d’ingrédients synthétiques, pas de conservateurs polémiques, ni de dérivés de pétrochimie, ni de matières plastiques ou silicones. Et il y en a pour tous les prix, pas seulement Weleda présentée dans le reportage !
Les marques Cattier, Coslys, Melvita, Logona, Lavera, Dermatherm, Urtekram, dr.Hauschka, proposent des produits de bain et de douche dans toutes sortes de prix et formulations.
Il en va de même pour les marques qui portent la Mention Slow Cosmétique (pas un label mais un gage de qualité écologique) que je vous encourage toujours à privilégier. Les Douces Angevines, Gaiia, Guayapi, Ame d’eau, Saint Hilaire ou Fun’Ethic sauront vous conseiller pour une toilette vraiment slow. Suivez-les !

– Vous voulez un savon mais un bon ?

Optez pour le savon saponifié à froid et surgras. Sans discuter. Seuls quelques petites marques en vendent, mais elles sont très dynamiques. Vous en retrouvez quelques-unes dans la liste des marques ayant la Mention Slow Cosmétique, mais il y en a aussi dans certains bons magasins bio et sur certains marchés ou sur le net.

– Vous voulez continuer à consommer en grandes surfaces ?

C’est votre droit. Choisissez alors un gel douche bio si vous en trouvez un (Ushuaia et Mixa propose du bio mais pas sur toute leur gamme, Agir chez Carrefour propose du bio, et Weleda se retrouve en Belgique en GMS aussi). Si on arrête tous de consommer du conventionnel en grande surface, pas de panique car en 6 mois à peine les rayons vous proposerons du bon. On tient bon ! 😉

– Vous avez consommé Lush et êtes perdu(e) suite au reportage ?

Faites évoluer Lush encore un peu plus dans le bon sens. Ne choisissez chez eux que les produits réellement naturels, il y en a peu, et évitez leurs formules contenant des PEG, des conservateurs polémiques ou trop de parfums naturels. En vérité, vous ne trouverez plus beaucoup de produits restants, mais il y en a quelques rares (certains gommages par exemple).

– Vous voulez du encore plus slow ?

Vous avez raison ! Fabriquer son gel douche est possible, tout comme opter pour le lavage à l’argile, au gant de crin, à la brosse… Recettes de gel douche maison dans mon livre et dans plein d’autres livres et sites sur internet (il n’y a d’ailleurs pas qu’aroma-zone dans la vie même si leurs recettes sont très bien ;-)).

– Vous trouvez cet article trop long ?

Et bien cela tombe bien car je dois m’arrêter là pour l’instant. N’oubliez pas d’apprendre à lire la liste INCI en utilisant les widgets gratuits de l‘assocation Slow Cosmétique (clic), lisant mes livres sur la cosmétique (clic) ou en regardant mes vidéos « tribunal » et autres sur ma chaîne Youtube (clic)…

Venez aussi à Nantes en mai ou à Paris en juin pour me rencontrer à l’occasion d’une des formations du Collège d’Aromathérapie, il reste des places (clic) !

Des baisers et des bulles pour vous tous ! Et ne vous faites quand même pas trop de mouron, on vit dans un monde magnifique (si, si, je vous jure) 😉

L’essentiel de Julien

Un commentaire

  1. Anaëlle dit :

    Merci de m’envoyer vos articles.

Comments are closed.