Vaccins: l’OMS avoue qu’elle met la santé du monde en danger

Pour ceux qui n’ont toujours rien pigé sur les vaccins, voici des aveux supplémentaires et pas n’importe lesquels, ceux de la « grande » OMS, qui devraient faire comprendre à la fois l’ampleur du cynisme et l’irresponsabilité criminelle des prétendus « experts » mondiaux auxquels toutes les nations du monde obéissent pourtant au doigt et à l’oeil. Car il faut appeler un chat un chat et oser voir la responsabilité que nous avons tous vis-à-vis des générations futures dont l’avenir et la qualité de vie sont clairement et directement menacés par ces insoutenables manoeuvres d’apprentis-sorciers. Voici un extrait du rapport du Comité Consultatif sur la sécurité des vaccins de l’OMS (GACVS) de décembre 2013, tel que repris sur le site Mesvaccins.net : 

 

Vaccin chimère contre l’encéphalite japonaise

Il s’agit d’un vaccin vivant, produit par recombinaison ciblée de virus de la fièvre jaune atténué (virus 17D utilisé comme vaccin anti-amaril) et de virus de l’encéphalite japonaise également atténué (souche SA-14-14-2). Au cours des essais pré-homologation, le vaccin s’est montré immunogène, y compris lorsqu’il a été administré en même temps que le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR), et bien toléré, particulièrement chez l’adulte (les effets indésirables ont été moins fréquents qu’avec un vaccin plus ancien préparé sur cerveau de souriceau). Depuis, ce nouveau vaccin a été homologué en Australie, en Malaisie, aux Philippines et enThaïlande, où il est disponible sous le nom d’Imojev®. Environ 49.000 doses ont à présent été utilisées, mais ce nombre est encore insuffisant pour permettre d’identifier les événements indésirables rares dont le vaccin pourrait être responsable. Il est également trop tôt pour savoir si un vaccin de ce type ne présentera pas un risque dans l’environnement, et le GACVS a exprimé son souhait d’être informé sur ce sujet. En effet, le virus artificiel qui a été créé pourrait évoluer de façon inattendue s’il trouvait à infecter des hôtes nombreux et variés, par exemple en se recombinant.

La probabilité d’un tel événement est considérée comme faible, puisque le virus provoque une virémie très brève chez l’homme et qu’il n’est pas capable d’infecter efficacement les moustiques. Son utilisation à grande échelle pourrait toutefois créer des opportunités, et la surveillance des événements indésirables post-vaccinaux est donc nécessaire. Ce risque de voir émerger des virus pathogènes à partir de vaccins se trouverait toutefois accru si d’autres vaccins à très large diffusion conçus sur le modèle de l’Imojev®, tel le candidat vaccin contre la dengue de Sanofi, venaient également à être utilisés (NDR).

 

NB: Ce candidat vaccin contre le dengue de Sanofi n’a évidemment pas été développé pour n’être administré qu’à quelques centaines de personnes. On remarquera donc le cynisme de ce Comité disant vouloir être informé des conséquences irresponsables qu’il prend en faveur des industriels mais certainement pas des gens. Il est important de rappeler que le virus de la fièvre jaune n’affecte PAS les pays asiatiques, il ne concerne donc pas cette partie du monde. Epidémiologiquement parlant et selon les climats et les zones, il faut remarquer que le virus de l’encéphalite japonaise n’affecte pas non plus par exemple de pays africains ou de pays d’Amérique du Sud or ici, on mélange des virus qui ne se rencontrent jamais dans la Nature, on crée donc de toutes pièces des combinaisons qui n’auraient jamais pu survenir naturellement. Dieu sait donc sur quelle nouvelle maladie future cela pourra déboucher. Manipuler de la sorte le vivant n’est pas sans conséquence. Le faire de façon aussi légère n’est plus de la Science, c’est du Scientisme. On remarquera enfin que le Comité estime que 49 000 sujets est un nombre trop faible pour pouvoir évaluer les effets secondaires plus rares (mais qui sont aussi souvent plus graves) OR dans les essais cliniques pré-commercialisation donc AVANT la mise sur le marché, les vaccins ne sont administrés en général que dans des groupes de quelques centaines ou quelques milliers de personnes mais jamais autant. Pourtant, cela n’empêche jamais les grands experts nationaux de recommander par principe ces vaccins fraîchement sortis en les déclarant sûrs sur base de ces essais cliniques inconsistants et tout à fait insuffisants. Nous sommes donc ici confrontés à un Xème mensonge, une Xème incohérence de l’idéologie vaccinaliste.

Loading...

 

Petite sauvegarde par capture d’écran (au cas où):

Rapport-du-GACVS-de-decembre-2013.JPG

 

source: initiativecitoyenne

Loading...

4 commentaires à “Vaccins: l’OMS avoue qu’elle met la santé du monde en danger”

  1. claire dit :

    Encore un torchon truffé d’erreurs, qui vise à rendre les gens paranoïaques. Renseignez vous avant de publier ce genre de désinformation.

    « On remarquera enfin que le Comité estime que 49 000 sujets est un nombre trop faible pour pouvoir évaluer les effets secondaires plus rares (mais qui sont aussi souvent plus graves) OR dans les essais cliniques pré-commercialisation donc AVANT la mise sur le marché, les vaccins ne sont administrés en général que dans des groupes de quelques centaines ou quelques milliers de personnes mais jamais autant. Pourtant, cela n’empêche jamais les grands experts nationaux de recommander par principe ces vaccins fraîchement sortis en les déclarant sûrs sur base de ces essais cliniques inconsistants et tout à fait insuffisants. »
    Vaccins, médicaments, cela marche toujours comme ça. L’étude de phase 4 se fait sur la population générale une fois le médicament mis sur le marché, il n’est pas possible de faire autrement, car elle nécessite des effectifs énormes pour détecter les effets secondaires les plus rares (tellement rare que la probabilité que cet évènement arrive est < 1/49000. Alors à moins de réaliser un essai clinique ou vous aller inclure toute votre population cible….. En médecine il y a toujours des effets indésirables et un degré d'incertitude. (ex:Certaines personnes peuvent faire un choc anaphylactique en prenant du paracetamol (doliprane)). Faut-il pour autant interdire tout traitement? Bien sur que non. Il faut faire la balance bénéfice-risque. or vous semblez oublier de parler des bénéfices…
    Combien de morts sans le vaccin? ….

    Aussi, il est manipulateur d’utiliser un titre aussi général ("vaccinS…") quand vous ne parlez que d'un seul vaccin dans votre article.

    • joseph d'argusac dit :

      En réponse à Claire qui sous couvert d’un langage pseudo scientifique voudrait nous faire croire à la fable héritée de Pasteur du nombre de personnes ^sauvées  » par les vaccins , il est aisé de constater
      que ce genre d’affirmations ne repose sur rien de tangible et que l’on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres .
      Personnellement je ne connais pas les millions de gens « sauvés  » par les vaccins , mais je connais très bien une jeune fille , ma fille « détruite » par eux .
      quant au soi disant poncif « bénéfice / risque » qu’on nous ressert à toutes les sauces , il heurtera tous les logiciens .
      Si vous l’appliquez à d’autres domaines que la santé , l’aéronautique par exemple lorsqu’un avion s’écrase , celà reviendrait pour les experts à dire :
      ^ben oui , c’est comme ça , ça fait partie des statistiques  »
      Non , Claire , dans tout monde sensé , on étudie les causes et on essaye d’y remédier , mais peut être
      celà nuirait il au profit de BIG PHARMA ?.
      Quant au vocabulaire genre « Torchon truffé d’erreur » ça illustre juste votre morgue et votre suffisance
      que l’on lit dans vos affirmations que vous nous assénez , genre , moi je sais …

  2. admin dit :

    Big Pharma ne fait que jouer aux apprentis sorciers. Quand on utilise les médicaments que la nature a mis à notre disposition, il y a beaucoup moins d’effets secondaires. Pourquoi utiliser du paracétamol alors que des alternatives naturelles et donc dignes de confiance existe ? Pourquoi faire confiance à des molécules synthétiques fraichement sorties d’un labo alors que la nature a mis des milliards d’années à développer des plantes médicinales, avec lesquelles par ailleurs nous avons de tout temps vécus et donc nous y sommes tout à fait adaptés. Comment pouvez vous croire une seule seconde que nous sommes adaptés à la consommation de molécules chimiques? Elles ne devraient être utilisées qu’en dernier recours. Nous n’avons découvert que 10% des phytonutriments et on s’amuse à essayer d’immiter la nature. On extrait une molécule d’une plante et on croit que ça va être la meme chose qu’en consommant la plante dans son totum. Mais on se trompe lourdement, car il y a la plupart du temps beaucoup plus d’effets secondaires.

  3. admin dit :

    Concernant les vaccins, un médecin expérimenté témoigne – Aucun vaccin n’est utile et sont une soupe toxique

    Depuis plus de 40 ans je vois que les vaccins sont une escroquerie car la science prouve de nos jours que l’immunité est beaucoup plus subtile que juste la production d’anticorps ! les vaccins auraient disparu il y a des années si le profit qu’ils engendrent ne permettaient pas aux multinationales de maintenir un mythe toxique et dénué de tout fondement !
    Réveillez-vous et cessez d’empoisonner vos enfants ! La sante est une démarche personnelle de responsabilité, elle ne viendra jamais de mesures extérieures imposées à tous!

Comments are closed.