Je ne mange pas cru , je me régénère !

Il y a quelques jours, un ami m’a posé la question « Pourquoi tu manges cru ? » Au lieu de lui répondre de façon brutale, j’ai laissé travailler cette question en moi, avant de lui donner une vraie réponse. Cette vidéo est ma réponse à cet ami. Ma réponse va être simple : je ne mange pas cru, je me régénère.

Quelle est la différence ? Ce que l’on mange n’a aucune importance. Ce sont des choix qui répondent à un seul but : manger cru n’est pas un but pour moi. Si j’obtenais la même régénération en consommant les produits les plus communs en supermarché, j’en mangerais, je ne me compliquerais pas la vie à chercher des fruits et des légumes de qualité.

Sauf que, j’ai un but : la régénération du corps. Et comme j’ai compris le fonctionnement du corps, j’utilise l’un des moyens permettant la régénération : l’alimentation crue.

Comme disait un ami « Ce n’est pas que je n’aime pas les pizzas, c’est les pizzas qui ne m’aiment pas ». Pour moi c’est pareil, ce n’est pas que je n’aime pas les produits que la plupart des gens considèrent normaux : mon goût les aimait avant, parce que j’y avais été habitué (même si mon goût à rechangé après toutes ces années de cru). Qui plus est, ces produits contiennent des stimulants, qui font qu’on a envie d’en remanger. Ces produits, on les aime… alors qu’est-ce qui peut faire qu’on prend une autre direction ? Le fait que ces produits ne participent pas à la régénération.

Bien au-delà de l’alimentation crue –et je connais des alimentations dites « crues » qui sont tout sauf régénérantes- je parle d’alimentation régénérante.

Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est une alimentation qui n’entrave pas les processus normaux de régénération du corps. L’alimentation n’est pas magique, ce n’est pas elle qui fait le travail. Elle évite d’entraver le travail. Et qu’est-ce qui fait le travail ? C’est le programme inné de l’organisme : capacités du corps à s’auto-nettoyer lui-même, à partir du moment où on lui donne les bonnes conditions.

Ces bonnes conditions sont :

Loading...
  • arrêter d’apporter des éléments nocifs : tout ce que le système ne peut pas utiliser : les déchets : parce que notre alimentation a fortement évoluer depuis ces derniers milliers d’années. Au départ, l’humain a consommé des aliments sous forme crue et brute. La plupart des maladies de civilisation disparaissent à partir du moment où l’on revient à une alimentation physiologique.

Facteurs majeurs de pollution :

Le gluten : chaîne protéique longue, le corps n’utilise que des acides aminés, pas des protéines telles quelles (le corps doit séparer les sucres complexes en sucres simples et les protéines sont décomposées en acides aminés, et les graisses en acides gras, puis ça passe par la paroi intestinale, puis dans le milieu intérieur. La paroi joue le rôle de filtre : ne laisse passer en théorie que des sucres simples, les acides aminés et les acides gras, qui vont nourrir la cellule. Ca, c’est quand tout va bien.

Or, tout ne se passe pas comme ça. Parce qu’il y a le phénomène de l’hyper-perméabilité intestinale (Jean Seignalet ) : il y a des choses qui passent qui ne devraient pas passer, parce que les parois intestinales sont extrêmement enflammées, par la nourriture acidifiante (produits animaux et céréaliers). Nous consommons beaucoup de glucides complexes (pâtes, gluten…) : farine + eau = glue, colle à tapisserie, qui se colle sur les parois de l’intestin. Prolifération de champignons, dont le but est de grignoter cette colle : candidas albicans. Ils font leur travail. Mais ces champignons et levures ont aussi des déjections, qui sont acides et participent à l’inflammation intestinale : accentuent l’hyper-perméabilité intestinale… installée chez tout le monde, même si on a une bonne alimentation.

Parce que notre mode de vie est acidifiant, dans son ensemble, pas seulement du fait de l’alimentation.

Cf vidéos précédentes pour comprendre que ce phénomène produit de la congestion.

Toute maladie est une congestion à l’état le plus profond de l’organisme.

Pourquoi je mange cru ? Pour éviter que des matériaux impropres passent la muqueuse intestinale : produits laitiers, blé, produits transformés, cuits, frits. On pourrait expliquer aliment par aliment pourquoi ils sont impropres. Ca serait laborieux. Seconde solution : expérimenter. Arrêter tel aliment et voir ce qui se passe. Attention, ne pas tout couper d’un coup, sinon le nettoyage peut être très fort : y aller progressivement. A 120 km/h sur l’autoroute, on ne tire pas le frein à main, on freine progressivement. Enlever gluten, puis produits laitiers, etc.

Tout ça n’a qu’un but : permettre la régénération.

Certains mangent cru mais c’est impropre : crusine, qui mélange produits gras et sucrés. A ce compte-là, il vaut mieux une soupe de légumes ! La nourriture régénérante est avant tout uen nourriture simple, qui respecte les combinaisons alimentaires, qui est suffisante mais pas pléthorique, pas essentiellement grasse mais basée essentiellement sur les sucres. Car le carburant premier de la cellule, c’est le carbone, qu’on trouve dans les sucres. On ne nourrit pas les cellules avec des protéines ni avec des acides gras. Elles en ont besoin pour fonctionner, mais elles se nourrissent avant tout de carbone.

Je vois trop souvent des gens qui se mettent au cru et qui sur-abusent de produits gras ou protéinés, parce qu’ils ont peur de la carence en protéine, ou peur de maigrir. Manger cru ne veut rien dire.

Alimentation régénérante basée sur les sucres des fruits, respecte les combinaisons alimentaires, respecte les rythmes du corps : on ne se nourrit pas trop tôt le matin, on laisse le corps se nettoyer tranquillement, et elle est exempte de la peur de la carence. On pense que c’est un remède miracle qui vient de l’extérieur qui va nous guérir (ex : petit fruit inconnu venant de l’autre bout de la planète). Il faut arrêter avec ça : toutes les capacités de nettoyage, nous les avons à l’intérieur. Nous méconnaissons les capacités du corps à tirer sa substance de n’importe quel aliment. Pourquoi ? Parce que nous avons un système tellement bouché, et particulièrement au niveau des intestins, que nous ne tirons quasiment plus rien de nos aliments.

Les aliments nourrissent plus par leur contenu énergétique, magnétique, vibrationnel, que par leur contenu matériel. C’est cette énergie spécifique de l’aliment qui va faire vibrer la cellule et la rendre vivante. C’est pour ça qu’un produit cuit sera toujours inférieur à un produit cru : la cuisson perturbe et diminue le niveau vibratoire d’un aliment. Il n’y a rien dans un produit cru qu’il n’y ait pas dans un produit cuit (NDLT : j’ai un doute, mais je pense que c’est l’inverse ?). Pas de peur de carence à avoir. Mais par contre il y a beaucoup plus de choses dans le produit cru, et avant tout toute cette énergie magnétique et électrique, qui, je l’espère, transparaît dans ces vidéos.

C’est ce dynamisme, cette joie, cette jubilation.

Nourriture qui amène le plus d’énergie magnétique et vibratoire.

Alimentation simple, pas pléthorique, et je n’attends pas que mon alimentation compense d’autres manques.

La régénération passe aussi par :

  • ne pas manger du tout, parfois –et si on s’arrêtait de manger, pour voir, de temps en temps ? Bernard Clavières, travail sur le jeûne.
  • Dormir, se coucher à une heure physiologique, quand le soleil décroît, sans me stimuler avec lumières, bruits, écrans… et je constate ma fatigue colossale, parce que j’ai cravaché toute ma vie,
  • Soleil : exposition au soleil : nourriture immédiatement disponible. Nous avons créé un système idéologique où on nous a appris à nous méfier de ce qui est bon pour nous (le soleil) et à apprécier ce qui est mauvais (alimentation inadaptée). Régénération inimaginable pas le soleil. Observation solaire, mais aussi bain de soleil (progressif et agréable). Redevenir son propre prescripteur, à partir des notions d’agréable et de désagréable
  • La respiration : respiration abdominale
  • Rapport pacifié aux autres…

Pour tous ceux qui découvrent ces vidéos : vous vous rendez compte que ça ne se résume pas à manger cru. On ne peut pas passer notre temps devant des écrans et dans des rythmes délirants. Il faut du temps, du temps pour se reposer, pour prendre ses enfants dans les bras, pour respirer, pour manger, pour l’activité physique. C’est tout un programme de vie !

Prenez votre temps ! On ne peut pas remettre tout ça en cause du jour au lendemain. Prenez la bonne direction. Je sais vers quoi je veux aller : vers la régénération. Mais quel est le but ?

Disparition des symptômes et souffrances, concerne tout le monde.

Mais aussi se placer dans ce qui est notre « programme » : nous avons un génie propre, une finalité propre. La joie d’un individu réside dans la réalisation du but qui est le sien, unique. On n’y parvient pas si on n’est pas régénéré. Régénération du corps, de l’âme, de l’esprit, de l’être tout entier !! Ce que je veux, c’est que tout mon être exprime la joie, et cette joie, elle ne passe que par-là. C’est à cette joie que je veux vous inviter.

Que de fil en aiguille, ce soit tout le mode de vie pathogène qui soit déconstruit : à partir de là, tous nos systèmes éducatifs, économiques et politiques seront complètement inversés : ils font actuellement la promotion de la dégénérescence, ils deviendront régénérants. Il y a tout à inventer : alors debout ! Et en marche !! Qu’une foule immense se lève et fasse ce pari de la régénération tous ensemble, bien au-delà du cru.

Je sais qu’on est de plus en plus nombreux, et c’est ma plus grande jubilation ! »

Retranscription par Shambalah

Source: Vivre Cru

Un commentaire

  1. francois dit :

    Super article

    Un grand merci, très bien dit et très agréable à lire, bonne synthèse de notre bon mode de non-vie

Comments are closed.