Les risques de la formule « sodas à volonté » chez Quick

Mom feeds baby with spoon

L’enseigne de fast food Quick proposera désormais dans la quasi totalité de ses 400 restaurants français la formule « free refill », une pratique américaine qui permet de se servir des sodas à volonté. Avec tous les risques que cela entraîne pour la santé des consommateurs…

Chez Quick, les clients reçoivent désormais un gobelet en carton vide à la caisse en commandant leur menu pour aller ensuite se servir à volonté aux fontaines à sodas (Orangina, Pepsi,Oasis)… et éventuellement en eau plate.

Pourquoi la formule « sodas à volonté » est un piège dangereux

Le principe du « free refill » est très critiqué par les professionnels de santé : là où les consommateurs ne prenaient qu’un verre de soda auparavant, ils vont maintenant pouvoir choisir de prendre la formule à volonté. C’est le  » piège  » classique des formules à volonté : être tenté de consommer plus que de raison, poussé par l’envie de rentabiliser ce que l’on a payé. Et il faut savoir que :

les sodas contiennent de grandes quantités de sucre (20 morceaux de sucre dans un litre de soda !) et la consommation excessive de sucre entraine de gros problèmes de santéobésité, hypertension, maladies cardio-vasculaires et diabète.

le sucre contribue à flouter la sensation de faim et de satiété. En bref, si on boit beaucoup de soda, on finit par ne plus savoir si on a encore faim ou pas. Et donc on va s’acheter une nouvelle portion de frites bien salée qui va donc nous donner encore soif et nous faire consommer un autre verre de soda. Et si vous consommez vos frites avec du ketchup, la dose de sucre s’accroît : une cuillère à soupe de ketchup contient une cuillère à café de sucre !

si on habitue son organisme à consommer du sucre, on devient « addict », comme à une drogue. La sensation de plaisir que procurent la consommation de sucre et la prise de drogues empruntent en effet des voies communes dans le cerveau. En effet, des études scientifiques menées sur des rats de laboratoire ont montré que des apports répétés et excessifs de sucre peuvent sensibiliser les récepteurs cérébraux à la dopamine (substance produite dans le cerveau lorsque nous éprouvons du plaisir) de la même manière que l’abus de drogues illicites. Ainsi, plus on consomme de sucre plus on a envie d’en consommer.

Loading...

La mise à disposition des sodas à volonté au fast food n’est pas innocente…

Les géants de l’alimentation ont tout intérêt à nous pousser à consommer toujours plus de sucre pour nous rendre de plus en plus dépendants à leurs produits et pour nous pousser à consommer.

Les autres géants de l’industrie pharmaceutique sont également gagnants cela leur permettant de mettre sur le marché des médicaments pour soigner une population de plus en plus malade car atteinte par des maladies chroniques engendrées par ces produits sucrés.

Tout le monde s’enrichie, tout le monde y gagne… sauf le consommateur vous l’aurez compris, esclave malgré lui d’un système finalement machiavélique : en ayant accès à une fontaine de sodas qu’il peut consommer à volonté pour pas cher, le consommateur pense être gagnant… et pourtant c’est tout l’inverse.

 » Si Quick met en place le « free refill », c’est bien évidemment qu’il y trouve un « intérêt purement commercial. Avec cette mesure, Quick veut attirer encore plus de jeunes et les inciter à rester plus longtemps dans ses restaurants. Et plus de temps, c’est plus de consommation, de sodas mais aussi des autres produits de l’enseigne », a expliqué Xavier Terlet, à la tête du cabinet XTC, à Europe 1. « De plus, il faut savoir que le soda que vous consommez dans une enseigne de fast-food n’est pas le même soda que vous achetez en grande surface. Les enseignes achètent du sirop de soda qu’ils mélangent à de l’eau. Ça ne leur coûte quasiment rien. Ainsi vous l’aurez compris, que le client en consomme 50 cl ou un litre, ça ne changera pas grande chose pour Quick. »

La pratique du « free refill » est très répandue aux Etats-Unis mais existe déjà en France, notamment dans les restaurants KFC, ainsi que dans les enseignes Ikea. Alors que le nombre de français touchés par l’obésité explose ces dernières années, l’idée n’est pas d’interdire les sodas et les boissons sucrées, mais bien d’expliquer qu’il faut consommer ces produits en quantité raisonnable et de manière très occasionnelle. Vous êtes prévenus, à vous maintenant de faire les bons choix pour prendre soin de votre santé malgré les tentations d’industriels alimentaires sans scrupules.

info +

Un litre de soda classique = 20 morceaux de sucre = environ 400 Kcal

Boire une canette de soda par jour augmentait de 22 % le risque de souffrir de diabète.

Le goût sucré active la même zone du cerveau que les drogues.L’Institut des neurosciences de Bordeaux a montré, en 2007, a montré que les rats étaient plus accros au sucre qu’aux drogues.Quand ils ont le choix entre une boisson sucrée et une dose de cocaïne, ils choisissent à 90 % la boisson sucrée, même s’ils ont été exposés à la cocaïne auparavant. Ils ont obtenu le même résultat avec de l’héroïne. D’autres laboratoires ont constaté que le sevrage de sucre chez des rats entrainait un syndrome de manqueou encore, des souris étaient prêtes à recevoir des décharges électriques pour obtenir davantage de sucre.

Stella Giani

Bioaddict