Cobayes humains et ambre solaire: Le test géant des nanoparticules….

Cobayes humains et ambre solaire : les vacances sacrées, la plage, le test géant des nanoparticules

Badigeonnez vous en toute connaissance de cause. Le déficit en vitamine « D » est source de nombreuses pathologies, et  l’exposition au soleil est garant de ce déficit, mais pas n’importe comment. Les « protecteurs » solaires empêchent les rayons UV de brûler la peau, mais ils empêchent aussi l’assimilation de la vitamine « D », avec les crèmes/huiles « écran total » . Quant à ce qu’il y a dans ces crèmes/huiles…restez informés…..Bonnes vacances.

La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples. Machiavel

Micro-photographie électronique d’une nanoparticule d’oxyde de zinc, fabriquée par le CNRS -oui oui le Centre National de la Recherche Scientifique, organisme public ! avec l’argent du contribuable donc- et revendue par conteneurs aux industriels privés qui fabriquent les cosmétiques, nanoparticule testée chaque été en toute quiétude, via la plupart des ambres solaires connues, et dans le dos des vacanciers, pour être finalement déversée dans tous les océans du monde, par millions de tonnes !!! Bonnes vacances… La Terre nous aiiiimmme !!!

 

Titre initial: Cobayes humains et ambre solaire: les vacances sacrées, la plage. Le test géant des nanoparticules….
Note de Terre sacrée :
Article publié en décembre 2012 et remis à jour le 1er juillet 2014.
Dès la fin de cette semaine, refonte totale du présent post, suite à de nouvelles investigations cruciales de notre ONG et aux alertes des Amis de la Terre.
Nous demandons l’étiquetage des nanoparticules sur tout ce qui est mangé par les êtres humains et sur tout ce qu’ils se mettent sur la peau.
Ceci afin que chacun puisse rester libre de manger -ou d’appliquer sur sa peau- ce qu’il a choisi de manger -ou de se badigeonner-, afin que chacun puisse se faire une joyeuse bouffe en pleine conscience, sans se dire qu’il est en train d’a$$a$$iner sa mère
Nous apporterons ICI rapidement les preuves scientifiques que les nanoparticules interagissent bel et bien avec la biologie humaine, malgré les mensonges que les industriels racontent aux z’ommes politiques, en leur faisant miroiter des comptes en banque débordants.
Titre initial :
Des nanoparticules ouvrent la voie aux énergies alternatives propres (?)
Dirigés par Raymond Schaak, professeur de chimie de l’Université Penn State, les membres de l’équipe de recherche ont constaté qu’une réaction chimique importante générant de l’hydrogène à partir d’eau est effectivement déclenchée – ou catalysée – par une nanoparticule composée de nickel et de phosphore, deux éléments peu coûteux qui sont abondants sur Terre.
(…)
Pour lire tout de même la greenwashing suite, cliquer ICI
Note de TS :
Les nanoparticules seraient-elles une nano-partie de la solution ?
Jusqu’à présent, et ce depuis quelques années déjà, les consommateurs non informés les testent en silence chaque été, dans leur dos de créatures (1) et sur les plages ensoleillées de « leurs » vacances, via « leurs » ambres solaires habituelles, dont la plupart contient -il faut le clamer haut et fort !- des milliards de milliards de milliards de nanoparticules d’oxyde de zinc, made in CNRS & Cie, lesquelles nanoparticules finissent au passage dans tous les océans du monde…
Merci pour la bouillabaisse ;o)
Et les macro-multinationales d’empocher des milliards en badigeonnant donc simplement, de juin à septembre, le corps des humains, qu’elles rendent malades et dépendants !!!
Et, dans le sillage, l’ensemble de la chaîne alimentaire vivante…
SANS AUCUNE REACTION SIGNIFICATIVE DE LA PART DE QUICONQUE !!!
Alors, pour que les nanotechnologies ouvrent la voie aux « Energies Alternatives Propres », il va en falloir de l’éthique !!! Et de l’éthique !!!
Il va en falloir !!!
Et l’éthique, par définition, ça ne se vend pas…
(1) La mention de la présence de nanoparticules, sur un pot de crème solaire par exemple, n’est pas obligatoire, vu queces Messieurs ont décidé que les dîtes nanoparticules n’interféraient pas avec la biologie du Vivant, ce que sont en train de démentir formellement plusieurs études indépendantes !
Nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques :

Etat des connaissances sur la pénétration cutanée, génotoxicité et cancérogenèse

Nanoparticules et crèmes solaires :
l’Amérique prouve le danger de l’oxyde de zinc sous forme nano

Nanoparticules dans les produits cosmétiques : à éviter dans certaines conditions

Loading...

L’AFSSAPS vient de publier un rapport et des recommandations sur l’évaluation des risques qui présentent les nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques

Nanoparticules : l’ingrédient qui s’est discrètement invité à notre table

Lire l’article complet et voir les images

Source : civilisation2.org via Terresacree.org

Loading...