Comment produire notre nourriture sans travailler

Dans cet article, je vais partager avec toi une de mes plus grandes découvertes grâce à la permaculture… Il y a moyen de produire notre nourriture sans travailler, ou au moins sans trop avoir l’impression de le faire!

Quelle ne fut pas ma joie quand j’ai vraiment pris conscience (tu vois bien cette image avec l’ampoule qui scintille au-dessus de ma tête!) que c’était possible…

Bien entendu, avant d’y arriver, il faudra certainement mettre quelques « petites » choses en place.

Et là maintenant, c’est la saison du renouveau, et tous les amateurs se mettent au jardin avec les magnifiques journées printanières que nous venons d’avoir ici en Europe.

Mais c’est donc aussi le moment de trouver des solutions pour organiser tout notre jardin le mieux possible!

Quand le jardin est petit, c’est évident qu’il faut pouvoir organiser de manière efficace le lieu pour arriver à récolter un maximum possible sur de petites surfaces!

Mais même quand le jardin est grand, savoir optimiser l’espace est tout aussi important, car en permaculture, il y a cette fameuse zone 1 qui doit être la plus productive possible!

Loading...

Bill Mollison, un des fondateurs de la permaculture, raconte qu’il faut se lever le matin, et pouvoir sortir en pantoufles dans cette zone 1 sans les mouiller, pour pouvoir se cueillir son petit déjeuner…

« Si vos pantoufles sont mouillées, c’est que la nourriture est déjà trop loin! » dit-il.

Petit rappel sur les zones

Il y a donc les zones 0,1,2,3,4 et 5 qui sont définies dans le « design » ou la conception d’un « perma-lieu ».

La zone 0, c’est la zone intérieure.

La zone 1, c’est les quelques mètres (jusqu’à 6 m) autour de l’habitation, pour les produits de consommation très courante et quotidienne…

La zone 2, c’est un peu plus loin, là où on mettra les fruits et les légumes qui demandent un peu moins d’attention, et/ou qu’on ne cueille pas tous les jours…ou des animaux dont on doit prendre soin régulièrement…

La zone 3, c’est encore un peu plus loin, et c’est là où nous placerons les plantes et autres éléments qui n’ont pas besoin de beaucoup d’entretien: vergers, forêt comestible, petits fruits, rucher…

La zone 4, toujours un peu plus éloignée de l’habitation, c’est une zone semi-sauvage déjà, avec principalement des plantes qui ne demandent aucun entretien: des fruitiers sauvages et indigènes, des arbres pour le bois de chauffage, ou pour la construction…

La zone 5 est une zone laissée à l’état sauvage, pour pouvoir observer la nature et son comportement quand on la laisse faire complètement, très riche en enseignements…

Revenons à la zone 1 dont nous parlions…

Cette zone 1 autour de ton habitation doit donc devenir un endroit ultra-productif pour te fournir tout ce qu’il te faudra pour cuisiner, à toi et ceux qui cohabitent avec toi.

Dans les environnements nus autour de nos habitations en général, qu’on pourrait même étiquetter comme « désertiques » avec ces tristes pelouses monotones, il y a beaucoup à faire mais c’est possible!

Oui oui, c’est tout à fait possible de transformer tous ces petits espaces inutilisés, partout autour de nous, en micro-cosmes ultra abondants de vie et de fruits…

Intégrer l’autoproduction de sa propre nourriture dans sa vie, c’est un acte fortement responsable qui peut vraiment transformer notre mode de vie actuel, en mieux…

Et si tu organises bien ton lieu, produire ta nourriture peut aussi ne pas trop coûter trop de temps…mais encore faut-il savoir comment!

Comment s’organiser dans la zone 1 et les petits espaces

Ce principe de zone 1 ultra-productive est à développer au maximum pour moi…

Et cette idée de rapprocher au maximum ses cultures favorites près de son habitation, c’est carrément génial parce qu’en fait, cela fait gagner beaucoup de temps!

Jardiner n’est plus un effort et ne te prendra jamais autant de temps qu’avant, si tu rapproches au maximum les plantes que tu consommes le plus souvent.

En effet, à l’entrée de la propriété, lorsqu’on sort de la voiture par exemple, on peut déjà être directement le nez sur un espace de culture…

En passant, on peut y arracher une herbe envahissante qu’on voit, on l’arrache automatiquement, tout en observant le reste, et là un peu plus loin, on voit des fraises bien mûres, et juste à 1 m quelques framboises… et hop, une ration de vitamines en plus avalée…sans rien faire, juste en passant…

Et ce chemin de ta voiture à ta porte d’entrée peut se transformer en un parcours vitaminé pour toute la famille!

Dans le passé, et encore maintenant, on prépare très souvent le potager tout au fond du jardin!

Mais pourquoi vouloir aller si loin?  C’est un peu comme si on était puni quand « on doit aller au potager pour aller y travailler… »

Non, non, non…

Quand c’est tout près de notre environnement, il suffit de passer un peu de temps dehors en terrasse, et on jardine sans cesse un petit peu par ci ou par là…sans vraiment s’en rendre compte, cela devient un geste naturel…

On discute au soleil, et en même temps on est là, présent… on observe, on voit les limaces qui osent s’approcher de nos amies les plantes… on gère un peu les débuts d’herbes envahissantes avant même qu’elles le deviennent, elles n’en n’ont pas le temps, vu qu’on a le nez dessus très souvent…

Un peu partout, on y coupe aussi très facilement et rapidement des légumes ou des herbes pour la cuisine quand ils sont vraiment tout près…ou quelques fruits à croquer…

Et je peux donc t’assurer que les espaces de cultures aménagés qui sont placés tout près de la maison seront sans aucun doute les mieux entretenus, et avec les plus beaux légumes et les plus beaux fruits…

Les plantes y reçoivent toute notre attention, et elles aiment ça, semble-t-il! (Voir reportages sur l’intelligence et la sensibilité incroyables des plantes sur Youtube dont celui-ci!).
Voilà, maintenant, je suis sûr que tu as maintenant compris ce que je veux dire, et pourquoi c’est devenu un de mes buts de cette année! Maximiser ma zone 1!

Même si j’ai la chance d’avoir un grand terrain, c’est important pour moi d’apprendre à utiliser chaque petit espace disponible autour de ma maison pour y produire quelque chose d’utile…et disponible « sous la main ».

Optimiser les petits espaces va permettre de produire un maximum avec un minimum d’efforts!

On dit souvent que l’imagination est notre seule limite, et c’est bien vrai…

Et dans certains cas, les idées sont rares…je parle pour moi bien sûr, surtout quand il s’agit de ranger et organiser…demande à ma compagne de vie, elle te le confirmera, c’est un de mes points faibles, mais je ne dois certainement pas être le seul. :-)

Mais même dans mon cas, rien n’est perdu…

Voici un livre pour nous aider à produire beaucoup dans de petits espaces

Alors voici un moment déjà que j’attendais ce livre avec impatience…parce que je savais que j’allais y apprendre des trucs intéressants…

Un livre qui pourrait tous nous aider à savoir tout de suite comment optimiser au maximum la place disponible dans notre jardin.

Nicolas, du site Potager Durable, nous a concocté un magnifique petit bouquin qui répertorie un maximum d’idées et de conseils judicieux pour utiliser au mieux les petits espaces et les petits jardins.

Mini-Potager, Maxi Récoltes!

Ne crois pas que je fais de la promo à tout va ces temps-ci, mais c’est parce que moi-même, je suis du genre à souvent payer pour avoir l’info de qualité que je cherche, au moment où je la cherche…

Et dans ce cas-ci, même chose que pour Loïc dont je présentais les vidéos l’autre jour, pour ceux qui veulent apprendre facilement et rapidement pour ne pas perdre de temps, c’est par ici.

En faisant cela, il y a plusieurs avantages à mon avis…
De 1, j’arrive souvent plus vite à mon but de cette manière.
De 2, très souvent, j’en apprends beaucoup plus que si j’avais cherché les mêmes infos seul, et en beaucoup moins de temps aussi!

Donc, voilà, moi, personnellement, dans cette ère de l’information, j’ai tendance à faire comme ça…quand il y a une formation intéressante sur le net, comptez sur moi pour avoir envie d’aller voir ce qu’il y a à l’intérieur et puis de vous en parler si c’est bien en rapport avec ce que vous cherchez, chers lectrices/lecteurs de ce blog…

J’ai de grosses difficultés à encore donner mon argent à des entreprises peu respectueuses, ou qui nuisent carrément à l’humanité, je tente continuellement de réduire ma consommation à tous les niveaux, mais pourtant, d’un autre côté, j’achète encore beaucoup d’information, à des gens passionnés ou méticuleux qui l’ont préparée pour moi pour me faciliter la tâche et me rapprocher de mes buts…que ce soit des livres, des ebooks, des formations…

« L’information vaut de l’or!

Et sachant que la grande majorité de la population vit en zone urbaine, ce livre pourrait vraiment bien devenir un best-seller… si et seulement si cette grande majorité prenait (enfin!) conscience, dès maintenant, que nous devons tous penser à auto-produire notre nourriture localement, car c’est peut-être bien notre seul espoir de survie pour les années futures, avec bientôt 10 milliards d’habitants et une planète Terre qui n’en peut déjà plus d’être gaspillée comme elle l’a été jusqu’à présent, et sans pétrole!

A nous les pionniers de ce nouveau monde conscient et responsable de pratiquer ces techniques innovantes, d’apprendre les connaissances indispensables pour la vie,  de créer, pour pouvoir ensuite partager, sans effort, cette passion et cette abondance au plus grand nombre autour de nous…

Dans ce bouquin téléchargeable, tu découvriras:

  • Comment planter plus serré et plus efficace!
  • Comment produire 50% en plus sur une même surface!
  • Comment profiter de l’association des plantes pour gagner de la place
  • Comment planter verticalement et en hauteur
  • Comment produire plus, plus longtemps
  • Comment gagner encore plus de place

Je l’ai lu, je termine cet article et je vais immédiatement au jardin pour tester et préparer les nombreuses nouvelles idées que Nicolas m’a permis de découvrir.

Va télécharger cet ebook sur cette page maintenantce sera ton meilleur investissement du printemps.

Et ces informations te rapporteront beaucoup plus en économies de légumes chaque année avec ces nouvelles connaissances, même si tu n’as qu’un petit jardin!

Il ne faut d’ailleurs pas tarder car si nous ne sommes pas prêts à planter pour le mois de mai-juin, cela risque bien d’encore reporter les plantations à beaucoup plus tard…

Donc moi, je retourne dès maintenant au jardin pour préparer tout ça… :-)

Et d’une petite mise en place à une autre, tout autour de nous, au fil du temps, tout sera finalement en place et en train de pousser pour cette année et les années futures…

Et d’années en années, nous saurons toujours un peu mieux comment produire notre nourriture sans travailler et surtout sans plus jamais devoir travailler pour la payer!

Source : La Permaculture

Loading...