De nombreux cas de « démence » sont en réalité des effets secondaires de médicaments sur ordonnance ou de vaccins, selon des recherches

Les faits fournis par l’Association Alzheimer sont assez inquiétants: plus de cinq millions d’Américains vivent avec la maladie d’Alzheimer et ce nombre devrait atteindre 16 millions d’ici 2050. Sixième cause de décès aux États-Unis, elle tue plus d’Américains que le cancer de la prostate et le cancer du sein réunis. Une personne développe la maladie d’Alzheimer toutes les 66 secondes; serez-vous l’un d’entre eux?

Avec de telles statistiques, il n’est pas étonnant que les gens veuillent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour réduire leurs chances. Cependant, il est également important de noter que la maladie d’Alzheimer n’est que l’une des causes potentielles de la démence. Alors que beaucoup de gens utilisent les termes indifféremment, Alzheimer n’est responsable que de 50 à 70% des cas de démence. La terminologie trompeuse masque un fait très sombre à propos de la démence: bien souvent, cela n’est pas causé par quelque chose que les scientifiques ont encore du mal à comprendre comme Alzheimer, mais plutôt par des choses qui se font passer pour des outils de bonne santé; les vaccins et les médicaments sur ordonnance.

En fait, l’Association Alzheimer qui publie ces statistiques est subventionnée par Big Pharma. C’est simplement le bon sens des affaires de vouloir que les gens croient que chaque patient atteint de perte de mémoire s’inscrit dans le cadre de la maladie d’Alzheimer, car ils peuvent alors vous vendre des médicaments censés la traiter. Leurs recherches les ont conduits à une approche qui porte ses fruits: promouvoir et déstigmatiser ce que beaucoup considèrent comme des « maladies mentales », ce qui donne l’impression qu’on ne peut pas les prévenir, mais les maîtriser avec des médicaments. De nombreuses personnes qui travaillent pour l’Alzheimer’s Association et des organisations similaires sont des personnes bien intentionnées qui souhaitent aider et ignorent souvent le lien qui les unit à Big Pharma.

Vous avez plus de contrôle sur la « démence » que ce qu’on veut vous faire croire

Ce n’est pas un hasard si les cas de démence ont augmenté en même temps que les enfants, comme les adultes, sont sur-vaccinés (vaccin antigrippal, quelqu’un?) et que la prescription excessive de médicaments altérant le cerveau, tels que les antidépresseurs, est répandue.

Un guide d’aide basé sur un rapport de l’Université de Harvard le reconnaît. Selon le rapport, « les médicaments sont souvent responsables du déclin mental ». À mesure que le corps vieillit, l’efficacité du foie en matière de métabolisation des médicaments diminue et les reins ne les éliminent pas aussi rapidement qu’auparavant. Les médicaments s’accumulent dans le corps, ce qui signifie que ceux qui prennent plusieurs médicaments sont particulièrement susceptibles à cet effet.

Les antidépresseurs, les médicaments anti-anxiété, les sédatifs, les corticostéroïdes, les narcotiques, les antihistaminiques, les médicaments cardiovasculaires et les anticonvulsivants sont inclus dans la liste des médicaments publiés dans le guide. C’est un très large éventail de médicaments et de nombreuses personnes âgées prennent des médicaments appartenant à une ou plusieurs de ces catégories. En fait, vous voudrez peut-être aller vérifier votre armoire à pharmacie maintenant.

Une étude publiée dans JAMA Internal Medicine a établi une corrélation entre l’utilisation de médicaments populaires tels que Benadryl et d’autres médicaments anticholinergiques et l’apparition de démence. Selon les chercheurs, les patients qui prenaient ces médicaments pendant trois ans ou plus avaient 54% de chances en plus de développer la maladie.

Loading...

Les vaccins sont également responsables de symptômes confondus avec la démence. La démence est de plus en plus souvent diagnostiquée chez les personnes dans la quarantaine, et les experts estiment que les facteurs environnementaux doivent être responsables dans ces cas. Le thimérosal contenant du mercure a été largement utilisé dans les vaccins pour enfants jusqu’en 2001 et reste dans certains vaccins, y compris des vaccins antigrippaux, à ce jour. Une étude publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease a révélé que l’exposition au mercure pouvait entraîner de nombreux changements chez les patients atteints d’Alzheimer, notamment une altération de la fonction cognitive et de la mémoire, ainsi que de la confusion.

Le chercheur Richard Deth a déclaré: « Le mercure contribue clairement aux problèmes neurologiques, dont le taux augmente parallèlement à la hausse des concentrations de mercure. Il semble que les deux sont liés ensemble. »

Un autre ingrédient commun que l’on retrouve dans les vaccins, l’aluminium, a également été associé à la démence.

C’est un moyen très intelligent de faire tourner la machine à profit pour Big Pharma: convaincre les gens qu’ils ont besoin de vaccins ou de médicaments, et quand ces vaccins ou médicaments provoquent d’autres effets secondaires et maladies, vendre encore plus de médicaments pour les contrer. Et la meilleure partie pour eux est que parce que le déclin mental est impliqué, cela réduit les chances que les gens se rendent compte de ce qui se passe réellement ici.

Source: naturalnews.com

Loading...