Un médecin sud-africain guérit la surdité avec la toute première greffe d’oreille moyenne

Une équipe de médecins sud-africains de la capitale, Pretoria, ont été salués comme pionniers dans le domaine de la médecine à l’échelle mondiale après la première greffe d’oreille moyenne d’un patient.

Cette prouesse, qui utilise une technologie d’impression en 3D pour reconstruire les os brisés de l’oreille moyenne, est actuellement célébrée comme une solution à long terme à la perte auditive conductive . De plus, la chirurgie peut être pratiquée sur des personnes de tout âge, y compris les nouveau-nés, guérissant les patients d’une forme de surdité causée par un dommage physique ou une infection de l’oreille moyenne, ainsi que par des anomalies congénitales et des maladies métaboliques.

Le premier patient à avoir subi l’intervention était un homme de 35 ans qui avait perdu l’audition à la suite d’un accident de voiture qui avait dévasté l’oreille moyenne. En raison de la nature de son traumatisme, l’opération a duré environ une heure et demie, selon Legit.

Le professeur Mashudu Tshifularo, de l’équipe médicale de l’hôpital universitaire Steve Biko de l’Université de Pretoria, avait étudié la déficience auditive conductive au cours de la dernière décennie, mais ces deux dernières années, il a commencé à étudier l’utilisation des technologies d’impression 3D dans le but de scanner et recréer entièrement les plus petits os, ou osselets, de l’oreille moyenne, à savoir le marteau, l’enclume et l’étrier.

Dans un communiqué de presse publié par le ministère de la Santé sud-africain, Tshifularo est cité en expliquant:

« En ne remplaçant que les osselets qui ne fonctionnent pas correctement, la procédure comporte beaucoup moins de risques que les prothèses actuelles et la procédure chirurgicale qui leur est associée.

Loading...

Nous allons utiliser du titane pour cette procédure, qui est biocompatible. Nous utilisons un endoscope pour effectuer le remplacement, de sorte que la greffe devrait être rapide, avec un minimum de cicatrices. »

Tshifularo a déclaré à la station de radio locale Jacaranda FM:

« C’était l’un de nos patients pour lequel nous attendions depuis près de trois ans pour cette reconstruction parce qu’elles ne sont pas abordables… [mais] nous avons fait quelque chose de nouveau dans le monde et les gens se souviendront de nous pour cela. »

Tout en exprimant sa fierté d’être le premier au monde à révolutionner la nouvelle approche de la perte auditive, Tshifulara reste convaincu que le traitement doit à terme devenir accessible et abordable pour les patients pauvres, tels que ceux qui utilisent les hôpitaux publics d’Afrique du Sud.

Tshifularo poursuit:

« Parce que nous le faisons dans le pays et que nous allons produire ici, cela doit être abordable pour notre population dans les hôpitaux d’État.

Ce sera très accessible, car tant que nous pourrons former les jeunes médecins à cette opération, alors ce sera accessible pour eux aussi. »

Pour Tshifularo, « innover ou périr » résume son approche de la science médicale, à la fois en termes d’éducation, de recherche, d’invention et de procédures cliniques, ainsi qu’en termes de conception de nouvelles solutions aux nombreux problèmes auxquels sont confrontées les communautés en difficulté.

Il espère que lui et son équipe du département d’oto-rhino-laryngologie (oreille, nez et gorge) de l’université recevront les fonds nécessaires du gouvernement et de sponsors privés pour que cette approche innovante du traitement de la perte auditive puisse voir le jour.

Le ministre sud-africain de la Santé, Aaron Motsoaledi, a déjà promis que le ministère de la Santé « fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider et mobiliser des ressources afin que le professeur Tshifularo reçoive toute l’aide dont il a besoin pour cette innovation de grande envergure ».

Source: themindunleashed.com