Le jardin médicinal, ses plantes vertueuses et officinales !

Depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque de nos grands-mères, le jardin était considéré comme l’armoire à pharmacie de la maison, où l’on pouvait trouver les remèdes pour les petits et les gros bobos. Après avoir été largement oubliées durant plusieurs décennies, les plantes médicales connaissent aujourd’hui à nouveau un fort engouement ! Mais connaissez-vous l’histoire des plantes médicinales ? Savez-vous ce qu’est un jardin des simples ? Et pourquoi pas renouer avec le savoir-faire d’antan en créant votre propre jardin médicinal !

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un jardin médicinal ?

Un jardin médicinal, appelé aussi jardin de simples ou encore en latin « hortus medicus » est un lieu où l’on cultive principalement des plantes aux vertus médicinales appelées également simples ou plantes officinales. On y retrouve aussi souvent des plantes condimentaires et aromatiques comme le thym, la sauge, la mélisse ou encore l’hysope. La culture de plantes médicinales a toute une histoire. Les plantes médicinales étaient, au temps de la Rome antique, l’affaire de plusieurs professionnels, le iatralipice (spécialistes des onguents), les pharmacopolae (vendeurs des produits médicinaux), unguentarii, aromatarii (préparateurs de produit médicinaux). Après la chute de l’empire romain, c’est dans les jardins de monastère que les moines ont continué à faire vivre cette tradition. Le jardin médicinal est en effet omniprésent dans les monastères, et ce jardin des simples se situe en général dans l’espace de l’infirmerie, souvent près de l’apothicairerie, mais aussi de la maison des saignées ou du cloître.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le jardin médiéval de la Tour de Bridiers.

Les plantes médicinales aux Moyen-Age !

La médecine médiévale était basée sur les vertus des herbes médicinales, elles servaient à fabriquer les médicaments. Les monastères médiévaux en particulier avaient tous au moins un jardin de simples. La sauge était d’une renommée proverbiale : son nom vient du latin salvare qui signifie guérir, sauver, on en avait toujours dans son jardin. L’achillée millefeuille était très réputée au Moyen Âge car vulnéraire et cicatrisante : Sainte Hildegarde recommande son utilisation en compresses ou en poudre dans du vin chaud. Les moines auraient cultivé la rue dont le nom latin ruta signifie « conserver la santé », pour ses propriétés anti-aphrodisiaques. La consoude soignait les blessures de flèches d’arquebuse. L’armoise soulageait les pieds fatigués de voyageurs. Le lys soignait les blessures de serpent (Strabo). La molène soignait la malandre. Le millepertuis soulageait en cas de brûlures. La guimauve officinale soignait les dents. L’angélique protégeait de la peste. La verveine soignait les pustules. On cultiva aussi plus tard la mélisse, pour fabriquer l’eau de mélisse. La pulmonaire était utilisée pour les poumons. Roses et violettes entraient dans la composition des électuaires, ainsi que la réglisse.

Le but ici n’est pas de vous pousser à l’automédication mais bien de vous amener à vous plonger dans l’univers du végétal et dans l’histoire des plantes. J’attire votre attention sur le fait que toutes les informations en rapport avec la médecine et la vertu des plantes n’est donné qu’à titre informatif, il est bien entendu nécessaire de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.

La Sauge officinale (Salvia officinalis).

Comment créer son jardin de simples ?

Que vous n’ayez qu’un petit coin de jardin ou un mère carré sur votre balcon à votre disposition, vous pouvez cultiver vos herbes culinaires et vos plantes médicinales. En effet, les plantes médicinales et aromatiques sont pour la plus part, extrêmement facile de culture, s’adaptent parfaitement à la culture en pot et n’exigent pas de soin particulier. Pour la culture en pot, choisissez simplement un bon terreau, ou mieux composez le vous-même. Ne négligez pas l’arrosage des plantes en contenant, surtout si elles sont exposées au vent desséchant de l’été ou au soleil. Au jardin, choisissez un endroit approprié par rapport à la plante, si la plupart apprécient beaucoup de soleil, d’autres auront besoin de la mi-ombre. Il est important de savoir quelles plantes sont cultivées pour bien se préparer. En général, les plantes médicinales prospèrent avec de petits arrosages quotidiens et des températures modérées. Si vous avez de la place dans votre jardin, vous pouvez cultiver vos plantes médicinales à la manière des moines au Moyen-âge qui mêlaient l’utile et l’agréable dans des jardins carrés délimités par des allées en croix, des haies taillées de buis, d’if et de santoline servant de bordures. Une façon intéressante de mêler saveurs et senteurs dans un décor très coloré.

Loading...

Si vous souhaitez cultiver des plantes officinales et condimentaires chez vous, sachez qu’un large choix de graines et plants est disponible dans la jardinerie en ligne Alsagarden : www.alsagarden.com. Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter du Blog Alsagarden afin de recevoir les prochains articles et conseils de jardinage directement par e-mail.

Lucas

Loading...