Lettre à toi ami végétarien

Je connais ton discours et je partage ta vision des choses ; oui l’Homme est cruel, surtout sur l’élevage de nos chers amis les bêtes, qui nous le savons, ont en commun un sentiment appelé souffrance. Ces photos, vidéos, moi aussi j’en fus un spectateur choqué ; cette production de masse, animaux sur animaux se tenant dans la boue (Quand c’est de la boue), le gavage des oies, ces produits toxiques et ces antibiotiques que l’on injecte pour que poussin et saumon se transforment d’œuf en machine à viande en quelques jours…. Sur tout cela, tu pris donc la décision d’exclure la viande dont le goût ne t’a jamais trop excité ; et qui aujourd’hui te fait pleurer…

Tu es devenu du tout au rien, c’est à dire végétarien, prônant le végétal sur l’animal. Mais es-tu moins coupable que moi (mangeur de viande), toi qui manges de la tomate en décembre ?

Sache qu’en changeant ton régime alimentaire, tu as gardé la même bêtise : celle de la consommation stupide.

Je t’écris cette lettre que tu liras peut-être, si tu as le temps, pour te dire qu’une autre alternative est possible, que la solution est globalement dans un entre deux.

Je suis effectivement un mangeur de viande, mais pas ce mangeur de viande, amoureux de son 250 grammes de viande rouge midi et soir, venant de la grande surface, à un prix tellement dérisoire qu’il hésite d’en manger au petit déjeuné. Cette consommation là est un poison, nous ne sommes pas fait pour manger autant de viande, et cette viande elle même est un poison ; les antibiotiques, hormones, traitement en abattage etc. C’est ainsi qu’il faut la consommer autrement, une alternative est possible, réduire les portions, et choisir des éleveurs qui ont décidé de changer de cap, pour de la viande bio, rustiques, de proximité… Cette production, moins stressante et plus nature pour l’animal, donne autre chose, un autre goût (Je te parlerai de cela plus tard)

A coté de ce morceau de viande, s’en vient le végétal mais de saison, de proximité et sur une agriculture raisonnée. La tomate de décembre est une absurdité totale autant que la mauvaise viande dont tu avais dit non. Cette tomate là me fait pleurer. .. Car à chaque saison ses légumes.

Restons en décembre avec les légumes racines (suivant une agriculture comme décrite ci dessus ). Ils ne coûtent pas tant que cela, et aux dernières nouvelles leurs consommations en quantité ne tuent pas. C’est la que je te rejoins mon ami, car comme toi je pense que nous ne devons plus faire de si grand honneur à la viande, mais renverser la balance, et mettre les légumes en nombre dans l’assiette.

Par ces changements, qui sont en fait très philosophiques, la notion du goût change radicalement et la santé aussi. Oui ce changement à un prix, le fameux prix du vertueux … mais as tu pensé au prix du vice ?

Mon ami, j’attends ta réponse.

Loading...

Pour aller plus loin :

  • Arnaud DAGUIN, Un canard, deux DAGUIN, Edition Sud Ouest, 2013
  • Jonathan SAFRAN FOER, Faut-il manger des animaux, Edition de L’Olivier
  • Elodie VIEILLE BLANCHARD, Eric BIRLOUEZ, Renée LAPORTE, Faut-il arrêter de manger de la viande, Edition le Mucadier
  • Renée LAPORTE, La viande voit rouge, Edition Fayard, 2012

Documents radiophoniques :

  • François REGIS GAUDRY, On va déguster, Faut-il manger moins de viande, Radio France, 2011
  • Mathieu Vidard, La tête au carré, Faut-il encore manger de la viande, Radio France, 2012

Agoravox

Loading...

3 commentaires à “Lettre à toi ami végétarien”

  1. Sol Delaforêt dit :

    Ah oui, bien sûr, la controverse se poursuit et chacun apporte ses preuves et arguments ! Comme il est difficile de réduire l’humain à des chiffres, la controverse risque de se poursuivre longtemps et chacun restera sur ses positions qu’il considère comme les plus raisonnables. Pourtant, il est vrai que l’intestin humain est beaucoup plus long que celui des carnivores et rend la digestion de la viande problématique. En attendant, comme les mangeurs de viande sont largement plus nombreux que les autres, il faut bien produire en grandes quantités, et donc utiliser de larges surfaces de terres pour les nourrir….
    Bon courage, bonne réflexion.

  2. Haroun dit :

    Déjà, de un, tous les végéta*iens ne mangent pas des tomates en décembre. Ton argumentation ne tient pas la route une seconde.
    Ensuite, les animaux que tu manges (même de temps en temps) sont nourris avec des végétaux principalement cultivés de manière intensive de l’autre côté de la terre… Ce sont la plupart du temps des OGM monocultivés au détriment de la biodiversité et souvent sur des anciennes parcelles de forêt que des sociétés sans scrupule (Cargill, Monsanto etc) ont simplement volées aux gens qui habitaient sur place…
    La VRAIE viande bio à 100% est ultra rare. Peut-être es-tu un super privilégié qui y a accès. Et quand bien même ce serait le cas, il n’y pas besoin de manger de la viande pour être en bonne santé, Même en décembre on trouve des végétaux locaux suffisants pour vivre…

  3. amonthot dit :

    Juste un bla bla pour se justifier vis à vis d’une minorité visible car agissante et mangeant n’importe quoi sauf des animaux…

    Nul besoin d’affirmer ou de sortir de telles fadaises pour justifier sa conduite et son désamour pour nourrir son égo et ses goûts acquis de longues dates 🙂

    Une simple affirmation de cette condition suffit….il est clair partant de là…qu’une direction..un chemin vers plus d’harmonie soit possible…ce qu’il nomme impudiquement un rééquilibrage en faveur des végétaux :b

    Bon cheminement à tous…futurs être humain

Comments are closed.