Adoptez deux poules et faites 200 euros d’économies par an!

Domestic Chickens Eating Grains and Grass

L’intérêt d’avoir un poulailler chez soi est indéniable. Economique, gustatif, écologique, éducatif, sympathique et relaxant… les poules ont tout à vous apporter. Avec deux poules vous faites 200 euros d’économies par an!

En plus de fournir de bons œufs frais, elles allègent considérablement la poubelle. D’autre part, un poulailler est un sujet de curiosité qui ravit les enfants… et les parents, car l’intérêt éducatif que représente un poulailler est grand. C’est un vecteur pédagogique excellent pour sensibiliser les enfants sur des sujets aussi variés que :

  • une alimentation saine
  • la préservation de l’environnement
  • les dépenses
  • l’autoproduction alimentaire
  • la protection et soins aux animaux

De bons œufs à la coque…

Quel bonheur de pouvoir servir des œufs à la coque à la maison quand on veut. Les enfants adorent. En plus de la fraîcheur garantie, sa saveur est digne d’un œuf fermier et dépasse de loin tous les œufs que vous trouvez dans le commerce! Même vos crêpes et vos gâteaux seront meilleurs avec vos œufs « maison ».

Pas moins de 200 euros d’économies pas an!

Une poule pond entre 200 et 300 œufs par an. Le prix des œufs a doublé en dix ans, aujourd’hui le prix de 6 œufs fermiers avoisine les 2 euros, soit plus de 30cts l’œuf. Deux poules vous fourniront quelques 500 bons œufs frais chaque année, c’est une économie de 150 euros directement déduits du prix du chariot de courses. C’est plus rentable que n’importe quelle carte fidélité!

De plus les poules mangent 150 à 200 kilos de déchets alimentaires en une année (restes de repas, épluchures, fruits). En France, les coûts moyens de gestion globale des ordures ménagères à la charge des collectivités se situent aux alentours de 180 euros/tonne.

Quand vos poules se seront bien régalées de vos restes et épluchures, elles auront soulagé votre poubelle de quelques 150 kilogrammes chacune, 300 kg pour deux poules en un an! Rapportée au coût du traitement à la tonne, l’économie réalisée par la commune est de 54 euros.

Les poules sont à la mode

Les économies pour la collectivité ne sont pas négligeables. Certains l’ont bien compris (exemple ici). On voit depuis quelques temps, des communes proposer à leurs habitants d’adopter un couple de poule pour une somme souvent modique (1 ou 2 euros).

Autre preuve de cet engouement, l’enseigne de jardinerie spécialisée Truffaut confie avoir vendu près de 20.000 poules et poussins l’an dernier et avoir constaté un doublement de ses ventes chaque année depuis 2009.

Bien nourrir ses poules

Autant le dire tout de suite,  300 kg de déchets organiques dans l’année : ça fait beaucoup! Surtout si vous vivez seul ou sans enfant. En effet cela représente pas loin d’un kilo de restes de repas et épluchures par jour. Seule une famille avec enfants peut  produire autant de déchets.

Pour les autres, il faudra se tourner vers ses voisins ou amis. La distribution de pain sec et de graines peut être augmentée.

Les poules ont besoin de 130 grammes de céréales – blé et maïs concassé – par jour. Soit sur une année, pour deux gallinacées : près d’un quintal de graines (95 kilos). Vous trouvez le blé et le maïs facilement à la ferme ou en animalerie. Méfiez-vous des sacs  « aliments pour poules » plus chers à l’achat.

En se débrouillant un peu, on trouve des petits exploitants agricoles qui vendent des mélanges de céréales pour les poules à 20 euros les 50 kilos. Vous en repérerez certainement un près de chez vous grâce à cet annuaire de recherche (annuaire.agencebio.org).

Il faut également leur donner des coquilles d’huîtres de temps à autre. Les coquilles d’œuf vont aussi mais je conseille plutôt l’huître à consommer en famille puis vous broyez grossièrement les coquilles avant de les distribuer.

Le poulailler

Il faut envisager un hébergement pour deux poules minimum. Seule, madame s’ennuie, déprime et ne pond plus.

Les adeptes de la récup et du recyclage trouveront certainement de quoi faire un poulailler avec quelques palettes et du grillage. Personnellement, j’ai acheté quelques tasseaux bruts (les moins chers que j’ai lasurés) et deux rouleaux de 10 mètres de grillage à poulailler/clapier. Nous avons construit, avec les enfants, un super poulailler 3 étoiles pour quelques dizaines d’euros.

Pour les autres, des solutions toutes faites sont disponibles en animalerie, les prix varient beaucoup selon les modèles.

Je vous ai regroupé quelques photos de poulaillers sympas. On trouve facilement d’autres idées sur le net.

D’excellents conseils sur : le site des poules

De bons conseils pour : nourrir vos poules

Mieux vivre autrement

5 commentaires à “Adoptez deux poules et faites 200 euros d’économies par an!”

  1. didine dit :

    En plus des oeufs du jour pour mes bébés, le plus grand plaisir c’était l’allegement de la poubelle avant que la fièvre aphteuse de 2006 passe par là et m’a contraint à libérer mes 5 poules et leur coq mari. Quel dommage . . .

  2. laronde dit :

    Moi je trouve l’idée du poulailler excellente dans une vieille voiture de la police, elles vont se sentir comme chez elles!
    Par contre gare au renard, car cet animal a de plus en plus tendance à se rapprocher des maisons, j’en ai fait l’amère expérience comme pas mal de personnes cet hiver qui ont vu disparaitre leur cheptel sous les crocs de cet animal!

  3. Bichouseb dit :

    Adopter des poules de réforme permet de leur sauver la vie, de profiter de leur oeufs (elles n’ont qu’un an en général) et de leur capacité à éliminer les déchets végétaux. Elles sont en outre bien moins cher que celles proposées par les jardineries. La méthode: Pour accueillir des poules de réforme chez vous, vous pouvez consulter notre carte réseau disponible > https://www.google.com/maps/d/edit?mid=zCPwnui-27lg.kyFzHb0I-FdU
    Relevez les élevages les plus proches de chez vous (à l’aide des repères présents sur la carte), et contactez-les pour connaitre le prochain départ, en leur précisant que ce n’est pas pour consommer les poules, mais pour les sauver de l’abattoir. Essayez éventuellement, dans ce contexte, d’avoir un prix le plus proche possible de celui proposé par l’abattoir, le prix de vente au public étant de toute façon très proche : entre 0,50 et 2,50 € par poule. Si le repère ne contient pas de coordonnées, contactez-nous en nous le situant, et nous vous transmettrons leur téléphone/mail.
    Les repères roses sur la carte correspondent à des familles d’accueil. Ce sont des personnes qui ont recueilli un peu plus de poules qu’elles n’en voulaient pour elles, et les gardent en attendant que des adoptants se manifestent. Cela permet de répondre tout de suite aux demandes d’adoptions sans attendre le départ des poules à l’abattoir.
    Nous vous encourageons, dans votre démarche, à vous proposer comme famille d’accueil de quelques poules supplémentaires, pour les adoptants potentiels de votre région. vous faciliterez grandement les adoptions. Si vous souhaitez devenir famille d’accueil, envoyez-nous vos coordonnées pour que nous les intégrions au réseau.

  4. Simon Lefebure dit :

    Réfléchissons un peu…

    Les poules pondent environ 300 oeufs et + par année… Mais que sont donc les oeufs?

    Les oeufs sont reliés aux menstruations de la poule. À la base, les poules ne pondaient que maximum 12 fois par année.

    Puis, l’homme a voulu posséder la poule et l’a modifié afin qu’elle ponde 300 oeufs et + par année.

    Conséquence?

    Toutes les poules (peu importe que vous l’enveloppiez dans de la ouate et que vous lui donniez une vie d’hôtel 5 étoiles) SOUFFRENT d’une déminéralisation intense qui est généré par le fait que produire un oeuf est très demandant pour leur organisme. En pondre 30 fois plus que ce qu’elles font naturellement dans la nature leur vole toutes leurs vitamines. Et alors les poules souffrent et développent des maladies graves comme l’ostéoporose… tout ça pour un vulgaire plaisir gustatif de 10 minutes!

    Et c’est sans compter que pour chaque poule que vous possédez, vous avez participé au meurtre d’au minimum un poussin mâle.

    Vous y tenez tant que ça, à manger vos menstruations de poule?

    Réfléchissez un peu, ça n’a pas de sens et c’est répugnant. La seule raison pour laquelle vous croyez le contraire est le conditionnement qu’exerce la société sur nous tous.

  5. Chani dit :

    Réfléchissez à votre tour :

    D’accord, vous défendez une telle cause et c’est tout à votre honneur.

    Que vous ayez raison ou tort, ce n’est pas en prenant un ton condescendant d’humain remonté contre l’humanité, en plus de la question rhétorique, que vous incitez les personnes consommant des produits animaux à arrêter.

    Au contraire, il y a des milliers de débats sans fin qui foisonnent sur les internets où l’on voit bien que les personnes avec un ton similaire font plus de mal qu’autre chose à la cause qu’ils pensent défendre.

    Nous ne le verrons peut-être pas de nos yeux, mais nous allons changer. La société, nos modes de vies etc.
    C’est juste que cela prend du temps. Et c’est, je pense, en montrant l’exemple et pas en montrant du doigt que l’on peut aider l’autre à avoir d’autres points de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *