Le bouturage : Un façon rapide et économique pour multiplier les plantes de votre jardin !

Le bouturage est un mode de multiplication économique et rapide qui permet d’obtenir un nombre important de sujets à partir d’un même pied mère. C’est également la technique idéale pour reproduire à l’identique une plante qui vous plaît dans votre jardin ou encore dans celui d’un(e) ami(e). Selon les espèces, on bouture au printemps, en début d’été, en fin d’été ou en automne, mais pour de nombreuses plantes et arbustes, le mois d’août est souvent la période la plus favorable. Pourquoi est ce le moment opportun pour bouturer et comment procéder ? Découvrez nos secrets de la réussite du bouturage d’été !

Le mois d’août, la période la plus favorable !

A la faveur des chaleurs estivales, le cycle végétatif de la plupart des végétaux marque généralement un petit coup d’arrêt. Puis en août, un redémarrage s’opère, lequel marque le signal attendu pour tailler les haies, mais aussi multiplier les plantes par le bouturage. Pour de nombreuses espèces de votre jardin, la fin de l’été est la période la plus favorable. En effet, c’est à ce moment là que les tiges à bouturer sont « semi-aoûtées », c’est-à-dire que la base des tiges est déjà dure et la pointe encore tendre. C’est par exemple le moment pour faire des boutures de vos citronniers et autres agrumes, mais aussi des arbustes tels que l’Abélia, l’Aucuba, le Buddléia, le groseillier à fleurs, l’Hortensia, le Millepertuis, le rosier, le troène ou encore vos plantes à fleurs comme les Fuchsias, les Géraniums, les Hibiscus, les Impatiens…

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Comment procéder au bouturage d’été ?

Bien prélever la bouture est le secret de la réussite. Cette dernière doit être saine, exempte de maladie et de préférence sans fleurs. Choisissez donc une plante-mère correspondant à ces trois critères. À l’aide d’un sécateur désinfecté, couper une portion de tige ou de branche de 10-15 cm en biseau juste sous un « œil ». Supprimez ensuite toutes les feuilles, à l’exception de celles du sommet de la tige, le but étant de limiter l’évaporation et de permettre une bonne reprise.

Il est conseillé d’employer une hormone de bouturage afin de favoriser la reprise de boutures. Beaucoup de jardiniers utilisent de l’hormone de bouturage de synthèse afin de favoriser l’émission et la croissance des racines. Mais, il faut savoir qu’il existe une méthode naturelle alternative et tout aussi efficace qui vous permettra aisément de fabriquer vous-même votre propre hormone de bouturage grâce à des branches de saule, je vous invite à lire cet article : L’eau de Saule : Hormone de bouturage naturelle !

Placez ensuite vos boutures dans un mélange mi-tourbe, mi-sable ou encore un terreau à semis que vous aurez humidifié auparavant. Lorsque vos petits godets sont prêts, placez-les dans un endroit ombragé, à l’abri des vents et des fortes expositions, mais arrosez modérément sous peine de provoquer la pourriture. Certaines variétés ont vraiment besoin de beaucoup d’humidité ambiante, une solution consiste à entourer le pot d’un sachet en plastique maintenu avec un élastique ou encore d’utiliser une mini-serre de culture. Rempotez par la suite vos boutures quand cela semble nécessaire.

AlsaGarden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *