8 signes avant-coureurs du cancer de l’ovaire que vous ne devriez pas ignorer

cancer-de-lovaire

Le cancer de l’ovaire a été surnommé « le tueur silencieux ». Comme de nombreux cancers, il ne montre pas de symptômes pendant une longue période. Quand des symptômes se manifestent, ils ne sont pas spécifiques, et peuvent pointer vers diverses affections, à la fois graves et bénignes. La triste réalité est que lorsqu’on diagnostique enfin le cancer de l’ovaire, la plupart du temps il s’est déjà propagé, ce qui limite vos options de traitements.

Il y a quelques signes avant-coureurs que vous ne pouvez pas manquer. Mais vous devez associer vos observations à d’autres facteurs pour ne pas tirer de conclusions trop hâtives.

Maintenez un bon équilibre entre le déni et l’hypocondrie

Tout d’abord, ne paniquez pas. Comme mentionné précédemment, les symptômes peuvent signifier beaucoup de choses différentes. Il y a très peu de chances pour que vous ayez un cancer rassurez-vous. L’Ovarian Cancer National Alliance souligne que pour 100 femmes dont les symptômes correspondent à ceux du cancer de l’ovaire, une seule avait effectivement un cancer à un stade précoce.

Cela dit, si vous sentez qu’il y a quelque chose de bizarre, vous ne devriez pas l’ignorer. Les gens ont peur du cancer et le considèrent toujours comme une maladie incurable, donc souvent ils veulent cacher le fait que quelque chose ne va pas à l’intérieur de leur corps. Mais bien sûr cela ne fait qu’empirer les choses, car vous perdez un temps précieux. MedicineNet indique que seulement 20 pour cent des femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire sont diagnostiquées à un stade précoce, lorsque la maladie n’est plus guérissable. Donc si vous sentez que certains symptômes persistent et qu’ils sont inhabituels pour vous, prenez rendez-vous pour vous faire examiner. Mieux vaut prévenir que guérir.

Le type de cancer ovarien le plus commun inclut les tumeurs épithéliales, qui se forment dans la mince couche de tissu qui recouvre l’extérieur des ovaires. Ces tumeurs surviennent dans 90 pour cent des cas. Les types les plus rares sont les tumeurs stromales, qui se développent dans le tissu de soutien des ovaires, les tumeurs des cellules germinales qui commencent dans les cellules productrices d’ovules.

Les huit signes avant-coureurs les plus importants du cancer de l’ovaire

Les ballonnements abdominaux ou les gonflements: La taille de votre abdomen augmente, vous vous sentez ballonnée et pleine de gaz. Vous remarquerez peut-être que certains vêtement vous serrent plus au niveau de la taille et des hanches.

Loading...

La constipation et d’autres changements dans vos selles.

La douleur pelvienne: Vous ressentez une gêne ou une douleur dans la région pelvienne, et parfois aussi dans l’abdomen. Si la douleur persiste, vous ne devriez pas simplement l’éliminer, ou la masquer avec des analgésiques. Votre douleur veut généralement vous faire passer un message important.

Des douleurs au bas du dos, surtout si elles irradient dans la région pelvienne.

Besoins urgents ou fréquents d’uriner: Vous sentez un besoin urgent d’aller faire pipi et vous avez du mal à vous rendre aux toilettes à temps, et/ou vous avez besoin d’y aller souvent. C’est courant chez beaucoup de femmes, cela peut souvent être un signe que le périnée n’est pas assez musclé, ou vous pouvez avoir une infection urinaire. Mais gardez un œil dessus, car ça peut être signe qu’il se passe quelque chose de plus grave.

Perte d’appétit ou sensation d’être rassasiée rapidement quand vous mangez: Vous observez également une perte de poids inexpliquée. Les femmes sont généralement heureuses quand elles perdent quelques kilos, mais ce n’est pas toujours bon signe.

Douleurs lors des relations sexuelles

Fatigue: Se sentir excessivement fatigué et faible en énergie peut signaler une affection sous-jacente.

Cela ne signifie pas que vous devez avoir tous les symptômes ci-dessus. Parfois, un seul peut être suffisant pour signaler qu’il y a quelque chose d’anormal qui se passe. Si les symptômes persistent pendant deux semaines ou plus, il serait temps de consulter votre médecin pour vous faire examiner.

Les facteurs de risque

On ne connaît pas la cause exacte du cancer ovarien, mais il existe certains facteurs de risques qui augmentent les risques d’avoir un cancer ovarien, donc vous devriez en tenir compte.

L’âge: les femmes âgées de plus 50 ans sont plus exposées au cancer de l’ovaire. Environ 50% des cancers sont diagnostiqués chez les femmes de plus de 60 ans. Bien sûr cela ne signifie pas que les jeunes femmes n’y sont pas exposées. Par exemple, les tumeurs des cellules germinatives sont plus fréquentes chez les jeunes femmes, mais elles sont très rares.

Les antécédents familiaux: Si dans votre famille vous avez des antécédents de cancer de l’ovaire, cancer du sein ou cancer du côlon, vous augmentez les risques de développer un cancer ovarien. D’après la clinique Mayo, les gènes qui augmentent le risque de cancer ovarien sont appelés gène du cancer du sein 1 (BRCA1) et gène du cancer du sein 2 (BRCA2). Ils ont d’abord été reliés au cancer du sein, d’où le nom, mais on a maintenant découvert qu’ils étaient également responsables du cancer de l’ovaire (https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/ovarian-cancer/symptoms-causes/syc-20375941).

La grossesse et les menstruations: Les femmes qui n’ont jamais donné naissance ont un risque plus élevé de développer un cancer ovarien, ainsi que les femmes qui ont eu leurs menstruations à un âge précoce (avant 12 ans), et/ou ont eu la ménopause tardivement (après 50 ans). Il semble qu’il y ait un lien entre le nombre de périodes que vous traversez et vos chances d’avoir un cancer. Par exemple, les femmes qui ont plus d’enfants ont moins de risques de développer cette maladie.

Certains médicaments: La prise d’un traitement hormonal après la ménopause, ou l’utilisation d’un traitement de fertilité (sur le long terme et à fortes doses) peut augmenter le risque de développer un cancer de l’ovaire. En revanche, certaines études montrent que les pilules contraceptives réduisent le risque.

Autres facteurs de risque: Ils incluent le tabac, l’obésité, l’utilisation d’un stérilet et le syndrome des ovaire polykystiques.

Le problème est qu’il n’y a pas de méthode de dépistage fiable du cancer ovarien. Voilà pourquoi il est si important de ne pas hésiter à consulter votre médecin si vous avez des inquiétudes. Et le médecin doit prendre en compte vos inquiétudes. Pour détecter le cancer on peut utiliser les examens pelviens, l’échographie et les analyses de sang.

Les scientifiques continuent à travailler sur une meilleure méthode de dépistage pour détecter le cancer de l’ovaire à un stade précoce. D’ici là, prenez le temps d’apprendre à connaître votre corps, occupez-vous de lui, écoutez-le et essayez de sentir quand quelque chose ne va pas. Ce sera probablement l’un de vos meilleurs atouts pour combattre n’importe quelle maladie à un stade précoce.

Sources:
OvarianCancer.org
MedicineNet
Mayo Clinic
Cancer Schmancer
Cancer.org

2 commentaires à “8 signes avant-coureurs du cancer de l’ovaire que vous ne devriez pas ignorer”

  1. Laet dit :

    J’ai du mal à saisir la raison qui expliquerait pourquoi le port d’un DIU ou SIU pourrait être un facteur de risque. Pouvez vous m’éclairer ? Cela concerne les DIU ou les SIU ?

  2. Sol Delaforêt dit :

    Bonjour, j’ai moi-même porté un stérilet pendant quelques années ; puis, mon homéopathe m’a fait remarquer que c’était dangereux et que je ferais bien de le faire retirer. L’explication donnée était je crois me rappeler, que c’est un corps étranger, et qu’il peut donc induire des réactions locales. (c’est le cuivre du stérilet je crois, qui pose problème) Ma gynécologue de l’époque était outrée!
    Je ne connaissais pas le SIU : apparemment, il s’agit d’hormones ; ça ne me paraît top !
    Beaucoup de gens reviennent à des méthodes naturelles, qui malgré tout semblent être encore la meilleure solution – mais demandent une vigilance des 2 partenaires, je vous l’accorde.

Comments are closed.