Comment j’ai vaincu le cancer

naissance

En octobre 2008, on m’a diagnostiqué un lymphome de Hodgkin nodulaire à prédominance lymphocytaire de stade 2. Après des semaines de tests et le diagnostic confirmé par des PET et CT scans et une biopsie de la moelle osseuse, mon mari Kevin et moi devions prendre une décision. Allions-nous suivre la recommandation de l’oncologue qui était la chimiothérapie et la radiothérapie R-CHOP? Il y avait tellement de facteurs déstabilisants. Le type de lymphome de Hodgkin que j’avais était rare et progressait lentement et il n’y avait pas d’études concluantes sur quel type de traitement conventionnel était le plus efficace. La chimiothérapie qui a été suggérée par mon oncologue avait de nombreux effets secondaires, mais celui que j’ai trouvé tout à fait insupportable était l’infertilité.

Le même jour que nous avons reçu mon diagnostic officiel et que l’on nous a fait visiter la salle de chimio et le magasin de perruque, Kevin et moi sommes rentrés en nous sentant perturbés et déconcertés. Alors que j’étais perdue dans mes pensées, essayant de choisir s’il valait mieux faire congeler mes ovules ou accepter d’avoir des embryons congelés, il a commencé à faire des recherches sur les traitements alternatifs du cancer. Ni l’un ni l’autre n’avait d’expérience dans le monde alternatif du cancer. Il a commencé à découvrir d’autres personnes qui se sentaient comme nous. Ils croyaient qu’il devait y avoir un autre moyen, un meilleur moyen de traiter le cancer. Nous avons également trouvé plusieurs survivants qui se sont traités eux-mêmes ou ont été traités naturellement, tels que Jerry Brunetti et Kris Carr.

Au cours des semaines suivantes, des colis sont arrivés à notre porte quotidiennement. Kevin a commencé à lire au sujet des raisons pour lesquelles la médecine conventionnelle n’était pas toujours la meilleure façon d’aborder le traitement du cancer. Il est devenu de plus en plus conscient de l’efficacité des traitements alternatifs du cancer. J’ai eu de la difficulté à avoir foi en sa nouvelle philosophie alternative du cancer. Comment ce traitement « naturel » pourrait être si efficace, alors que les médecins continuent de traiter presque exclusivement avec la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie? Cela devait être parce que la médecine moderne américaine était supérieure au changement d’alimentation et à la supplémentation? Je devais me renseigner moi-même. Je me suis concentrée sur un livre de Bill Henderson appelé « Cancer Free: Your Guide to Non-Toxic Healing » (Sans cancer: votre guide de guérison non-toxique) et en novembre j’ai commencé le protocole qu’il expose dans son livre:

1. Supplément de Beta-1 Glucan pour renforcer le système immunitaire

2. Régime végétalien crudivore bio, pas de viande, pas de sucre, pas d’aliments transformés, pas d’aliments cuits

3. Protocole Budwig (fromage blanc / huile de lin)

Loading...

4. Suppléments de thé vert et de vitamine C

5. Supplément Barley Power (herbe d’orge)

6. Vitamines Daily Advantage du Dr David Williams

7. Test urinaire hCG pour surveiller les progrès

Après de nombreuses disputes et de chaudes larmes, j’avais finalement accepté d’accorder au traitement alternatif du cancer une période d’essai de 3 mois. Notre prochaine étape était de trouver un oncologue qui nous a soutenu dans notre parcours. Après avoir quitté le premier oncologue, nous avons d’abord trouvé un médecin holistique qui connaissait un oncologue, le Dr Stephen Szabo dont elle avait entendu qu’il était plus ouvert aux patients qui essaient des traitements alternatifs. Après une visite chez lui, il a confirmé qu’il pensait que j’avais le « temps d’essayer des thérapies alternatives » et a accepté de surveiller le cancer tandis que je continuais mon protocole nutritionnel. Peu de temps après cela, j’ai commencé à remarquer que les ganglions lymphatiques cancéreux dans mon cou avaient réduit considérablement, presque au point de non-détection après seulement un mois de mon nouveau régime.

En Janvier 2009, j’ai assisté à un cours de 12 jours de détoxification et de nourriture crue au Living Foods Institute ici à Atlanta. Pendant que j’étais là-bas, on m’a présenté de nouvelles façons de profiter des aliments crus. J’ai aussi fait 7 irrigations coloniques pour détoxifier mon colon, afin de permettre une bonne assimilation des nutriments anti-cancer que je mettais dans mon corps. J’ai aussi fait beaucoup d’autres choses pour détoxifier mon corps, comme boire du thé Essiac, la réflexologie, boire de l’eau alcaline, transpirer dans un sauna à chaleur sèche, et fait de l’exercice sur un trampoline Cellerciser. Pendant ce temps, j’ai aussi maintenu mon niveau d’anxiété calme à travers la prière, la lecture de l’écriture biblique, et la récitation d’affirmations positives.

Mon test hCG de janvier a montré une amélioration par rapport à mon score de novembre. On m’a fixé un autre test hCG en mars quand j’ai découvert que j’étais enceinte. C’était un territoire effrayant et inconnu pour nous. Mon oncologue semblait confiant et nous avons travaillé ensemble avec mon gynécologue obstétricien pendant les mois suivant sur les nausées matinales et les tests sanguins pour s’assurer que mon corps supportait bien la grossesse et que le cancer ne se réveillait pas.

Enfin, le 4 mai 2009, le Dr Szabo nous a donné la nouvelle surprenante que j’étais en rémission « clinique » ! Il croyait que les PET et CT scans n’étaient pas une bonne façon de contrôler la forme de cancer que j’avais en raison de sa nature indolente. Au lieu de cela, j’ai été surveillée par des analyses de sang et des examens physiques. Après plusieurs mois d’excellents rapports de santé, j’ai reçu le statut de rémission « clinique ». J’ai ensuite donné naissance sans médicaments et naturellement à notre chère fille le 19 Novembre 2009.

A ce jour en novembre 2015, je reste en rémission clinique. J’ai choisi de traiter mon cancer par des changements de style de vie. C’est un engagement à vie. Mon régime n’est pas aussi extrême qu’il l’était au début, mais je reste encore loin du sucre, des aliments transformés et des aliments conventionnels, autant que possible. Je mange une TONNE de légumes riches en nutriments et biologiques: y compris mon smoothie vert de 2 litres aussi souvent que je le peux étant maintenant une mère occupée qui a trois petites filles (nos deuxième et troisième filles sont nées en 2013 et 2015.) Je bois également des jus de légumes et je les aimerai toujours. Quand je mange de la viande, elle est issue d’un animal nourri à l’herbe et élevé en liberté, ou bien c’est du poisson sauvage. Je bois encore du thé vert plusieurs fois par jour et mange aussi le mélange de fromage blanc / huile de lin 4 ou 5 jours par semaine.

Je pense qu’il y a une place pour le traitement et l’intervention / surveillance médicaux conventionnels. Pour mon mari et moi, ce fut une décision pieuse d’aborder le cancer comme nous l’avons fait. Nous croyons que Dieu nous a donné un corps pleinement fonctionnel qui peut s’auto-guérir et qui lorsqu’il est nourri comme prévu (à la fois physiquement et spirituellement), peut inverser la croissance cellulaire défaillante de toute forme de cancer. C’est en cela que nous nous sentions en paix dans notre choix. C’est un chemin pour conjurer le cancer, pas une destination. Voilà comment nous espérons que les gens commencent à considérer leur santé.

Cortney Campbell

Source : www.greendrinkdiaries.com

Un commentaire

  1. BIONATURISTA dit :

    De bons résultats avec le graviola corossol qui contient des substances actives naturelles qui à pour action de stopper la division des cellules
    LES ACÉTOGÉNINES RÉALISENT UN BLOCAGE SÉLECTIF DES CELLULES CANCÉRIGÈNES, AINSI QUE LA CROISSANCE DES CELLULES…

    Les acétogénines réalisent un blocage sélectif des cellules cancérigènes, ainsi que la croissance des cellules cancérigènes, qui sont résistantes a l’adriamicine (médicament chimio thérapeutique), en respectant l’intégrité des cellules des tissus sains. La puissance des acétogénines est prouvée comme extrêmement forte,de ED50 (dose mortelle 50) de 9-10 microgrammes par millilitre. Cela correspond à une puissance 10 000 fois plus puissante que l’adriamicine. Les acétogénines bloquent le complexe I de la chaine de fosforilation oxydative qui bloque la formation d’ATP, soit l’énergie dont la cellule cancérigène a besoin et qui déclenche sa bombe de P glycoprotéine, qui la tient active. Les acétogénines bloquent également l’ubiquinone oxydase, enzyme dépendant du NADH et typique de la membrane plasmatique de la cellule cancérigène ! En d’ autres mots, les cancers sont guérissable sans chimio et sans traitements lourds !

    http://www.bionaturista.net/17-graviola-corossol-gelules.html

Comments are closed.