11 graphiques qui montrent tout ce qui est mauvais dans notre alimentation moderne

L’alimentation moderne est la raison principale pour laquelle les gens partout dans le monde sont plus gros et plus malades que jamais.

Partout ou les aliments transformés modernes vont, les maladies chroniques comme l’obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiaques suivent.

Les études sont claires sur cela… quand les gens abandonnent leurs aliments traditionnels en faveur d’aliments transformés riches en sucre, en farine rafinée et en huiles végétales raffinées, ils tombent malades (1, 2, 3).

Bien sûr, il ya beaucoup de choses qui peuvent contribuer à ces problèmes de santé, mais les changements dans l’alimentation sont le facteur le plus important.

Voici 11 graphiques qui montrent tout ce qui ne va pas avec l’alimentation moderne.

1. L’apport total de sucre a grimpé en flèche au cours des 160 dernières années

Loading...

Source: Johnson RJ, et al. Rôle potentiel du sucre (fructose) dans l’épidémie d’hypertension, d’obésité et de syndrome métabolique, de diabète, des maladies rénales et des maladies cardiovasculaires. The American Journal of Clinical Nutrition, 2007.

Les gens des pays occidentaux consomment des quantités massives de sucres raffinés, pour grossir d’environ 67 kg par an dans certains pays. Cela équivaut à plus 500 calories de sucre par jour.

Les sources varient sur les chiffres exacts, mais il est très clair que nous consommons beacucoup plus de sucre que nos corps peuvent gérer (4).

Des études contrôlées sur des humains montrent que de grandes quantités de sucre peuvent conduire à de graves problèmes métaboliques, y compris la résistance à l’insuline, le syndrome métabolique, le cholestérol et les triglycérides élevés – pour n’en nommer que quelques-uns (5, 6).

Le sucre ajouté est considéré comme l’un des principaux moteurs de maladies comme l’obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiaques et même le cancer (7, 8, 9, 10).

2. La consommation de sodas et de jus de fruits a augmenté considérablement

Source de la photo.

De toutes les sources de sucre dans l’alimentation, les boissons sucrées sont les pires.

Les jus de fruits ne sont en fait pas mieux… Ils contiennent la même quantité de sucre que la plupart des boissons gazeuses (11).

Concommer du sucre sous forme liquide est particulièrement nocif. Les études montrent que le cerveau ne «compte» pas calories de sucre liquide de la même manière que les calories provenant des aliments solides, ce qui augmente considérablement l’apport calorique total (12, 13).

Une étude a montré que chez les enfants, chaque portion quotidienne de boissons sucrées est liée à 60% en plus de risque d’obésité (14).

3. L’apport calorique a augmenté d’environ 400 calories par jour

Source: Dr. Stephan Guyenet. Le régime américain. 2012.

Bien que les sources varient sur les chiffres exacts, il est clair que l’apport calorique a augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies (15).

Il y a beaucoup de raisons complexes à cela, y compris l’augmentation de la consommation de la nourriture transformée et du sucre, l’augmentation de la disponibilité alimentaire, le marketing plus agressif envers les enfants, Etc (16).

4. Les gens ont abandonné les graisses traditionnelles en faveur des huiles végétales transformées

Source: Dr. Stephan Guyenet. Le régime américain. 2012.

Lorsque les professionnels de la santé ont commencé à accuser les graisses saturées pour les maladies cardiaques, les gens ont abandonnés les graisses traditionnelles comme le beurre, le saindoux et l’huile de noix de coco en faveur des huiles végétales transformées.

Ces huiles sont très riches en acides gras Omega-6, qui peuvent contribuer à l’inflammation et divers problèmes lorsque consommées en excès (17, 18).

Ces huiles sont souvent hydrogénées, ce qui les rend riches en graisses trans. De nombreuses études ont montré que ces graisses et huiles en fait augmentent le risque de maladie cardiaque, même si elles ne sont pas hydrogénées (19, 20, 21).

Par conséquent, les conseils peu judicieux d’éviter les graisses saturées et de choisir des huiles végétales à la place peut avoir effectivement alimenté l’épidémie de maladie cardiaque.

5. Les gens ont remplacé le beurre bon pour la santé cardiaque par de la margarine contenant des graisses trans

Un autre effet secondaire de la « guerre » contre les graisses saturées a été une augmentation de la consommation de margarine.

La margarine était traditionnellement faite avec des huiles hydrogénées, qui sont riches en graisses trans. De nombreuses études montrent que les graisses trans augmentent le risque de maladie cardiaque (22, 23).

Le beurre biologique (vaches nourries à l’herbe) contient en fait des nutriments qui protègent contre les maladies cardiaques (comme La vitamine K2), Donc le conseil de remplacer le beurre bon pour la santé du coeur par de la margarine chargée de graisses trans a peut-être fait beaucoup de dégâts (24).

6. L’huile de soja est devenue une source majeure de calories

L’huile végétale la plus consommée aux États-Unis est l’huile de soja.

L’huile de soja a en effet fourni 7% des calories dans le régime alimentaire des États-Unis en 1999, qui est énorme (25)!

Cependant, la plupart des gens n’ont pas la moindre idée qu’ils mangent autant d’huile de soja. Ils en consomment en fait la plus grande partie à partir des aliments transformés, auquels a été ajouté de l’huile de soja parce qu’elle est bon marché.

La meilleure façon d’éviter l’huile de soja (et d’autres ingrédients désagréables) est d’éviter les aliments transformés.

7. Le blé moderne est moins nutritif que les variétés anciennes de blé

Source: Fan MS, et al. Preuve de la diminution de la densité minérale dans les grains de blé sur les 160 dernières années. Journal des oligo-éléments dans la médecine et la biologie.

Il est prouvé que le blé moderne, qui a été introduit vers 1960, est moins nutritif que les variétés anciennes de blé.

Le graphique ci-dessus provient d’une expérience qui a été réalisée en 1843. Dans ce document, les scientifiques ont développé des souches différentes de blé et mesuré la quantité des nutriments.

Vous pouvez voir que le contenu minéral commence à diminuer vers 1960, qui coïncide avec l’introduction du blé moderne.

Le blé d’aujourd’hui a environ 19% à 28% moins de minéraux importants comme le magnésium, le fer, le zinc et le cuivre, par rapport au blé avec lequel nos grands-parents ont grandi.

Il est également prouvé que le blé moderne est beaucoup plus nocif pour les patients atteints de la maladie cœliaque et les personnes ayant une sensibilité au gluten, par rapport aux anciennes variétés (26, 27, 28).

Tandis que le blé ait été relativement sain dans le passé, ce n’est plus vrai concernant le blé nain moderne, qui est ce que la plupart des gens consomment.

8. La consommation d’oeufs a baissé

Source de la photo.

Les Œufs sont parmi les aliments les plus nutritifs sur la planète.

En dépit d’être riches en cholestérol, les œufs n’augmentent pas le taux de mauvais cholestérol dans le sang (29).

Pour une raison quelconque, les autorités sanitaires ont recommandé que nous réduisons la consommation d’œufs, même s’il n’y a aucune preuve qu’ils contribuent aux maladies cardiaques (30).

Depuis 1950, nous avons diminué notre consommation de cet aliment très nutritif de 375 à 250 œufs par an, soit une baisse de 33%.

Cela a contribué à une carence en nutriments importants comme la choline, qu’environ 90% des Américains n’obtiennent pas assez par l’alimentation (31).

9. Les gens mangent plus d’aliments transformés que jamais

Source: Dr. Stephan Guyenet. Le fast-food, le gain de poids et la résistance à l’insuline. Whole Health Source.

Ce graphique montre comment la consommation de fast-foods a augmenté au cours des dernières décennies.

Gardez à l’esprit que, même s’il semble que les gens mangent encore la plupart de leurs aliments « à la maison » – cela ne prend pas en compte le fait que la plupart des gens mangent également des aliments transformés à la maison.

10. La consommation accrue d’huile végétale a changé la composition en acides gras de notre corps

Source: Dr. Stephan Guyenet. Les huiles de graines et les graisses corporelles – Une  rééxamination problématique. Whole Health Source.

La plupart des graisses oméga-6 que les gens mangent est un acide gras appelé acide linoléique.

Des études montrent que cet acide gras est incorporé dans nos membranes cellulaires et nos réserves de graisse. Ces graisses sont sensibles à l’oxydation, ce qui endommage les molécules (comme l’ADN) dans le corps et peuvent augmenter le risque de cancer (32, 33, 34, 35, 36).

En d’autres termes, l’augmentation de la consommation d’huiles végétales transformées a conduit à des changements structurels nocifs réels dans notre corps. C’est une pensée effrayante.

11. Les directives diététiques faibles en gras ont été publiées autour de la même date où l’épidémie d’obésité a commencé

Source: National Center for Health Statistics (États-Unis). Santé, Etats-Unis, 2008: Avec Dossier spécial sur la santé des jeunes adultes. Hyattsville (MD): Centre national des statistiques de santé (US); 2009 mars Chartbook.

Les premières directives diététiques pour les Américains ont été publiés en 1977, presque exactement en même temps que l’épidémie d’obésité a commencé.

Bien sûr, cela ne prouve rien (corrélation n’égale pas la causalité), Mais il est logique que cela pourrait être plus qu’une simple coïncidence.

Le message anti-graisse a essentiellement mis le blâme sur les graisses saturées et le cholestérol (inoffensif), tout en donnant au sucre et aux glucides raffinés (très malsains) une passe gratuite.

Depuis que les directives ont été publiées, de nombreuses grandes études ont été menées sur le régime faible en gras. Il n’est pas meilleur que l’alimentation occidentale standard pour prévenir les maladies cardiaques, l’obésité ou le cancer, celle-ci étant aussi malsaine qu’un régime peut l’être (37, 38, 39, 40).

Pour une raison très étrange, il nous est encore conseillé de suivre ce type de régime, malgré les études démontrant qu’il est totalement inefficace.

Source:

Auhority nutrition