Ces plantes qui nous soignent : La Sauge

Salvia Offic­i­nalis
Herbe sacrée, Thé d’Europe, Thé de Provence, Thé de Grèce Lami­aceae

Fichier:Salvia officinalis p1150380.jpg

La sauge jouis­sait déjà chez nos ancêtres d’un pres­tige cer­tain. L’Ecole de Salerne a escorté la sauge, après Sainte Hilde­garde, de cet axiome édi­fi­ant: «Pourquoi mour­rait l’homme dans le jardin de qui pousse la sauge, si ce n’est qu’il n’existe aucun remède con­tre le pou­voir de la mort».

Le seul nom reflète la répu­ta­tion que les hommes ont accordée depuis tou­jours à cette plante médic­i­nale, Salvia est dérivé du latin sal­vare (soigner, sauver).

La tisane de sauge, bue fréquem­ment, for­ti­fie tout le corps, prévient les attaques d’apoplexie et a une action très pos­i­tive en cas de paralysie.

En cas de sueurs noc­turnes, c’est la seule plante avec la lavande, qui peut pro­curer un soulage­ment. Elle guérit la mal­adie à la base des sueurs noc­turnes et guérit grâce à ses pro­priétés toniques, le grand état de faib­lesse accom­pa­g­nant ce trouble.

La sauge est sou­veraine en cas de cram­pes, de mal­adies de la moelle épinière, de mal­adies des glan­des et égale­ment de trem­ble­ment des mem­bres. Pour soigner ces mal­adies, on boit deux tasses répar­ties par gorgées, pen­dant la journée.

La tisane a égale­ment une excel­lente action sur le foie malade, sup­prime les bal­lon­nements et les autres trou­bles liés aux mal­adies hépatiques.

Loading...

Elle a une action dépu­ra­tive, aide à dégager les mucosités des voies res­pi­ra­toires et de l’estomac, remédie au manque d’appétit et soigne les trou­bles intestin­aux et les diarrhées.

Pour soigner les piqûres d’insectes, on fait des com­presses de feuilles de sauge broyées.

En usage externe, la tisane de sauge est par­ti­c­ulière­ment recom­mandée en cas d’angines, de maux de gorge, de for­ma­tion de pus dans les dents, de pharyn­gite et d’inflammation de la cav­ité buccale.

Beau­coup d’enfants et d’adultes auraient évité une opéra­tion des amyg­dales s’ils avaient util­isé à temps de la sauge. Lorsque les amyg­dales ont été enlevées, elles qui en tant que police du corps, arrê­tent et trans­for­ment les sub­stances tox­iques, ces dernières parvi­en­nent directe­ment aux reins.

Une infu­sion de sauge est égale­ment utile en cas de dents bran­lantes et saig­nantes, de déchausse­ment des dents et de tumeurs gin­gi­vales. On fait alors des gar­garismes où l’on place des tam­pons d’ouate imbibée de tisane sur les par­ties malades

Chez les per­son­nes irri­ta­bles et les femmes souf­frant de mal­adies du bas-​ventre, un bain de siège à la sauge serait bon de temps en temps.

Par­ties utilisées

Feuille, som­mité fleurie, huile essentielle

Récolte

  • Feuilles au print­emps juste avant la flo­rai­son (mai, juin) et à l’automne. Comme la plante pro­duit des huiles éthérées pen­dant les jours chauds et ensoleil­lés, les feuilles ne sont cueil­lies que par journées ensoleil­lées, si pos­si­ble à l’heure de midi, et elles sont séchées à l’ombre
  • Som­mités fleuries : au moment de la floraison

Orig­ines

Lieux secs et arides des régions méditer­ranéennes de l’Europe, cul­tivée çà et là pour les besoins de l’herboristerie

Pro­priétés en usage externe

Astringeant, cica­trisant, anti­sep­tique, tonique, antirhu­ma­tismal (bains)

Pro­priétés en usage interne

  • Choléré­tique
  • Anti­su­do­rale : l’Huile Essen­tielle paral­yse les ter­mi­naisons nerveuses périphériques des glan­des sudoripares
  • Anti­spas­mod­ique : l’eau sat­urée d’huile essen­tielle est un spas­moly­tique neu­rotrope inhibant expéri­men­tale­ment le spasme acétyl­cholin­ique du duodénum du rat
  • Emmé­n­a­gogue : Huile Essentielle
  • Hypo­gly­cémi­ant
  • Stim­u­lant oestrogènique, favorise la con­cep­tion, antilaiteux
  • Sym­pa­th­omimé­tique et vagolytique
  • Tonique, stim­u­lant général (exci­tant nervin et des cortico-​surrénales)
  • Equi­li­brant du vago-​sympathique et nervin
  • Apéri­tif, stomachique
  • Bac­té­ri­cide, antiviral
  • Dépu­ratif, diurétique
  • Hyper­tenseur

Appli­ca­tions

usage interne

  • relève les forces de l’organisme tout entier, indiqué pour toutes les infir­mités: organes diges­tifs, hépatisme, affec­tions uri­naires, pul­monaires, pleurales
  • stim­u­lant: Infu­sion (5g de feuilles/​l, 15 mm; et vin de sauge (80g de feuilles/​l, macéra­tion 8 jours), 1 à 3 cuil­lèrées à soupe après les repas
  • asthénies (con­va­les­cences…), neurasthénie
  • dys­pep­sies par atonie gastro-​intestinale, diges­tions lentes, inappétence
  • affec­tions nerveuses : trem­ble­ments, ver­tiges, paralysies
  • apoplexie
  • bron­chites chroniques, asthme
  • sueurs noc­turnes des tuber­culeux et des con­va­les­cents, sueurs pro­fuses des mains, aisselles
  • adénites, lym­phatisme, fièvres intermittentes
  • diurèse insuff­isante
  • hypo­ten­tion
  • régu­la­teur des règles insuff­isantes, dys­mén­or­rhées, ménopause, stéril­ité, pré­pa­ra­tion à l’accouchement, et fait tarir la lactation
  • diar­rhées (des tuber­culeux et des nourrissons)
  • can­cérose
  • infu­sion : 20g de feuilles+fleurs pour 1L d’eau bouil­lante. Infuser 10mn. 3 tasses par jour
  • Tein­ture : 30 à 40 gouttes 2 fois par jour dans un peu d’eau chaude
  • Extrait flu­ide de sauge sta­bil­isée : 1 càc dans une infu­sion de mélisse, le soir, comme équili­brant nervin et con­tre les sueurs
  • essence : 2 à 4 gouttes, 2 fois par jour, en solu­tion alcoolique
  • poudre 1 à 4g par jour
  • Vin stim­u­lant : Laisser macérer une semaine 80g de feuilles de sauge dans 1L de vin (rouge ou blanc). 1 à 3 càs après les repas. Recom­mandé par H Leclerc aux asthéniques, sur­menés physiques et intel­lectuels, neurasthéniques, dys­tonique neuro-​végétatifs, dans les suites des mal­adies pro­longées (égale­ment con­tre les fièvres intermittentes)
  • en attouche­ments con­tre les aphtes
  • Potion anti­su­do­rale : extrait flu­ide de sauge sta­bil­isée 50g + sirop de fleurs d’oranger 30g + eau qsp 150ml – 1 càs au coucher (tuber­cu­lose, ménopause)
  • L’aïgo bouido com­prend une infu­sion d’une douzaine de feuilles de sauge pour 2L d’eau, du sel, de l’ail et 100g d’huile d’olive. On fait bouil­lir 10mn et on verse sur des tranches de pains
  • Vinai­gre à la sauge : rem­plir de fleurs de sauges des près, une bouteille jusqu’au goulot, mais sans forcer, verser du vinai­gre naturel par dessus, recou­vrant ainsi les fleurs et laisser la bouteille reposer au soleil ou près d’une source de chaleur pen­dant 14 jours

usage externe

  • leu­c­or­rhées (injec­tions vaginales)
  • aphtes, stom­atites, angines, laryn­gites, névral­gies dentaires
  • asthme
  • plaies atones, ulcères
  • der­matoses, eczémas
  • débil­ité infan­tile, rachitisme, scrofulose
  • alopé­cie
  • piqûres de guêpes, d’insectes
  • anti­su­do­ral : Tein­ture au 1/​5 dans l’alcool à 60°, 2 gouttes avant le moment pré­sumé d’apparition des sueurs, ou extrait Flu­ide sta­bil­isé : 1 cc le soir au coucher
  • sup­pos­i­toires emme­na­gogues : extrait flu­ide de sauge sta­bil­isée 0,25g + onguent pop­uleum 1g + beurre de cacao 3g + cire blanche qsp 1 suppo. 1 ou 2 par jour (amén­or­rhées, dys­mén­or­rhées, stérilité)
  • Décoc­tion : 1 poignée de fleurs+feuilles pour 1L d’eau. Bouil­lir 10mn en bains de bouche (aphtes, stom­atites, ulcéra­tions de la bouche), en injec­tions vagi­nales (leu­c­or­rhées), en com­presses sur ulcères de jambe, plaies atones, der­matoses, eczémas
  • Bains de siège : met­tre à macérer 4 poignées bom­bées de feuilles pen­dant la nuit dans de l’eau froide. Le lende­main, réchauf­fer le tout jusqu’à ébul­li­tion et verser l’extrait chaud dans l’eau du bain. L’eau du bain doit recou­vrir les reins. Réchauf­fée, l’eau du bain peut encore servir 2 fois
  • tein­ture et rhum en par­ties égales : en fric­tion dans les alopécies
  • Con­tres les piqûres d’insectes, de guêpes : appli­ca­tions de feuilles froissées
  • feuilles séchées, fumées (asthme)
  • Pour dés­in­fecter les locaux où des malades graves ont séjourné, brûler des feuilles de sauge sur des charbons

Médecine vétéri­naire

  • anti­su­dori­fique pour les fièvres importantes
  • stom­achique pour améliorer l’appétit des bovins
  • con­tre les météorisations
  • con­tre les érup­tions vésiculeuses : feuilles de sauge et de sureau hachées en usage externe
  • con­tre les pneu­monies des chèvres et le char­bon : décoction
  • con­tre les indi­ges­tions par sur­charge, les indi­ges­tion aiguës : infu­sion alcoolée
  • com­pose le baume tranquille
  • tonique, stom­achique, action sur l’appareil géni­tal, anti-​laiteux, action sur la fièvre

Risques

  • insuff­i­sance rénale, insta­bil­ité neuro-​végétative
  • Pré­cau­tions : ne pas utiliser en cures continues
  • Huile Essen­tielle : neurotoxique
  • Con­vul­si­vante (thuy­one) entraî­nant la mort, abortive
  • ne pas utiliser lors de grossesse ou d’allaitement
  • à ban­nir en cas de can­cer du sein
  • Per­son­nelle­ment, c’est une plante qui ne me con­vient pas car son effet oestrogen-​like per­turbe mon sys­tème hor­monal. Je con­seille donc aux femmes d’utiliser cette plante avec pru­dence (Hiérabotanê).

Source : Magie végétale

QUELQUES PRÉCISIONS SUR L’HUILE ESSENTIELLE :

L’huile essentielle de sauge officinale est toxique. Vous ne trouverez donc celle-ci que sous forme d’hydrolisat, ou sous forme diluée.

L’huile essentielle de sauge est obtenue par distillation de Sauge Sclarée, qui, elle,  est dépourvue d’effets toxiques.

Chute de cheveux, cheveux abîmés, cheveux gras, voici des recettes à base d’huile essentielle de sauge sclarée :

Sauge sclarée

5. Alopécie (perte de cheveux) (Nerys Purchon) :

PRE-SHAMPOOING :

HV Ricin : 1 cuillère à soupe

HV Olive : 1 cuillère à soupe

HV Jojoba : 10 gouttes

HE Lavande vraie : 10 gouttes

HE Carotte : 5 gouttes

HE Sauge sclarée : 5 gouttes

Masser les cheveux et le cuir chevelu avec le mélange pendant plusieurs minutes. Laisser poser en couvrant d’une serviette humide pendant 1 heure avant un shampooing

SHAMPOOING :

Shampooing de base : 1/2 verre

HV Jojoba : 14 gouttes

HE Lavande vraie : 10 gouttes

HE Romarin à cinéole : 4 gouttes

Appliquez le mélange, massez et laissez poser quelques minutes avant de rincer

6. Lotion pour cheveux abîmés (Nerys Purchon) :

1 jaune d’oeuf battu

2 cuillères à café d’HV de ricin

1 cuillère à café de miel liquide

Lait en poudre

2 gouttes d’huile essentielle de Santal

2 gouttes d’huile essentielle de Sauge sclarée

Dans un bol, mélangez le jaune d’oeuf battu, l’huile de ricin et le miel, puis ajoutez le lait en poudre nécessaire pour former une pâte onctueuse. Incorporez ensuite les huiles essentielles.
Etalez le mélange sur les cheveux et le cuir chevelu. Couvrir la tête d’une serviette humide très chaude. Laissez poser 20 minutes avant de faire un shampooing léger.

7. Cheveux gras (Nerys Purchon) :

2 gouttes d’huile essentielle de Sauge sclarée à ajouter à votre dose de shampooing neutre

Source : Aroma Zone

La fiche jardinage de la sauge

Pleine terre, pots, jardinières, elle se plante partout…

https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/66/sauge-officinale

Enfin, la sauge est excellente avec les viandes blanches et  les poissons. Vous pouvez également parfumer la cuisson de votre riz en ajoutant une à trois feuilles à l’eau de cuisson.

Les Brinherbes Engagés