Les 11 commandements pour l’autonomie en ville

Dans cet article nous traitons d’autonomie en ville qui est une des composante de la permaculture urbaine ou agriculture urbaine. Nous aurions pu choisir de traiter le sujet à l’échelle de la ville entière, qui peut aussi tendre vers l’autonomie, mais ces changements nécessitent des implications politiques ou de groupements de citoyens. Nous avons donc choisi de parler de ce qu’il est possible de faire à l’échelle du foyer, de l’individu, ou de la petite communauté d’individus, ce qui permet un passage à l’action rapide et efficace.

Autonome en ville pour quoi faire ?

  • Parce que vous y vivez ! Le quart de la population française habite dans les 141 plus grosses villes, et 43 % des Français vivent dans une ville de plus de 10 000 habitants, soit presque la moitié de la population. (INSEE 2007)
  • Parce que c’est là que vous consommez ! Évidemment l’approvisionnement en nourriture des villes occasionne des situations problématiques : impact environnemental des transports, fraicheur des produits à conserver (= énergie dépensée, trafic routier immense, coûts très élevés de la nourriture…). L’impact sur les citadins est très important : il faut tout simplement énormément d’argent pour manger correctement en ville. Et si vous souhaitez manger sainement (bio), il va falloir faire beaucoup de kilomètres pour trouver des producteurs biologiques ou acheter ces produits dans un supermarché spécialisé, où les prix des produits atteignent aujourd’hui des records.
  • Parce que c’est possible ! Produire une partie de la consommation de nourriture de la population en vielle, est possible. De nombreux exemples commencent à fleurir dans le monde et en France. Contrairement à ce que l’on peut croire la ville est un excellent endroit pour produire de la nourriture. Si vous le souhaitez,vous pouvez aussi produire une bonne partie de votre alimentation, seul, ou grâce à votre communauté proche : voisins, quartier, etc.

Les avantages de la ville en faveur de l’autonomie :

  • microclimats présents (protection des vents, du gel, masse thermique…)
  • peu de pollution via les pesticides (les abeilles se portent mieux, parait-il, en ville qu’à la campagne ! )
  • structures présentes
  • maximum de ressources disponibles (cartons, déchets de cuisines, bois…)
  • mutualisation des espaces, des outils = diminution des couts
  • possibilité de mutualiser la production d’énergie
  • entraide possible et personnes ressources à dispo

La clé de la réussite ?

Comme d’habitude une bonne planification ! En gros : faites un bon design !
Quel que soient votre nombre (seul, famille, groupe…) et votre localisation (hyper centre, excentré, périurbain) la planification sera essentielle. De bonnes fondations avant de monter les premiers murs !
Pensez donc à toutes les phases de la réalisation de votre design de permaculture, et reproduisez-les à l’échelle de votre zone d’action : Buts, Observations, Limites, Ressources, Analyse, Design, Installation, Maintenance, Évaluation (méthode BOLRADIME)… si vous ne connaissez pas la méthode de design en permaculture, n’hésitez pas à vous diriger vers la formation : Invitez la permaculture au jardin !

Les 11 commandements pour devenir autonome en ville ?

1. Partout tu cultiveras !

En reprenant le principe de permaculture de zonage, vous commencerez toujours par le pas de vos portes. Puis vous investirez tous les espaces possibles dont vous disposez : balcons, murs, mares, cours, clôtures, jardins, toits… Enfin, vous vous étendrez hors de vos limites, pour atteindre l’espace public.

>> Lire la suite sur Permaculture Design

Loading...

Un commentaire

  1. doffemont dit :

    Super mes la y a plein de ville qui agissent pas je pourrait avoir les documents pour le proposer a la ville afin de grandir notre valeur humaine de paix liberté fraternité

Comments are closed.