Les « super mauvaises herbes », conséquence de la culture OGM ?

C’est une vieille rengaine opposant semenciers, agriculteurs et chercheurs sur ce terrain toujours aussi glissant qu’est la culture d’organisme génétiquement modifiés (OGM). En cause, les« super mauvaises herbes », ou« superweeds » avec l’accent américain. Il ne s’agit pas là du dernier blockbuster sur grand écran issu des comics Marvel, mais d’une véritable plaie qui prolifère dans les cultures de plusieurs États américains depuis de nombreuses années. La particularité de ces herbes est qu’elles résistent désormais aux herbicides, notamment le Roundup.

Les « super mauvaises herbes », conséquence de la culture OGM ?

SUR LE MÊME THÈME : Des OGM dans nos assiettes ?

 

« Dans certaines régions du pays, les mauvaises herbes résistantes à l’herbicide le plus populaire au monde, le glyphosate (nom scientifique du Roundup, ndlr), poussent maintenant dans la grande majorité des champs de soja, coton et maïs », indiquait en septembre dernier une étude du magazine Science. « Les États-Unis se dirigent vers une crise », osait même l’étude.

De la même manière qu’avec les antibiotiques, l’utilisation systématique d’herbicide permet aux plantes de développer des résistances plus fortes, rendant le produit inefficace à terme. Parmi ces plantes nocives, l’amarante de Palmer, qui s’est multipliée dans les champs de coton et soja OGM, en Alabama et Géorgie notamment.

A LIRE ÉGALEMENT Souveraineté alimentaire ou pourquoi lutter contre l’utilisation des graines OGM

Loading...

Selon une étude du site Nature.com, le coton génétiquement modifié est adopté par les agriculteurs américains depuis la fin des années 1990. Il est conçu pour tolérer l’herbicide commercialisé par Monsanto, permettant de traiter les champs sans risquer d’endommager les cultures.

Mais selon l’USDA (U.S. Department of Agriculture), les OGM a proprement parler ne sont pas responsables de cette prolifération. Ce sont avant-tout les techniques utilisées par les agriculteurs qui sont en cause, dont la sur-utilisation des OGM plus Roundup ont permis le développement des « super mauvaises herbes ».

Tout vert

Loading...