Aliments qui contiennent de l’aspirine naturelle

amandes

Quand la plupart des gens éprouvent des maux de tête, des douleurs articulaires, ou d’autres douleurs, ils se tournent vers l’aspirine ou un autre médicament anti-inflammatoire.

L’aspirine était à l’origine dérivé de la reine des prés et de l’écorce de saule et plus tard synthétisée par l’industrie pharmaceutique pour créer un produit brevetable, ce qu’ils font pour augmenter les profits. Lorsque les composés naturels sont synthétisés dans un laboratoire puis commercialisés en tant que médicaments, ils provoquent généralement des effets secondaires, ce que le aliments et les plantes ne causent généralement pas.

Malheureusement, la liste des effets secondaires en matière des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens est longue et ne vaut pas le risque pour la plupart des gens. Cela va de l’irritation gastro-intestinale à la mort. Heureusement, il existe de nombreux aliments qui contiennent des salicylates ou l’acide salicylique, qui est l’ingrédient actif de l’aspirine.

Salicylates dans les aliments

Haut: 0,5 – 1 mg / 100 gr ; Très haut: >1 mg / 100 gr

Légumes

Haut: luzerne, brocoli, concombre, fèves, épinards, patate douce

Très haut: champignon, poivre vert, olive, tomate, radis, chicorée

Loading...

Fruits

Haut: pomme Granny Smith, avocat, cerises, raisins rouges, mandarine

Très haut: abricots, mûres, myrtilles, melon, dates, goyave, raisins

Oléagineux

Haut: pignons de pin, noix de macadamia, pistaches

Très haut: amande

Assaisonnements

Très haut: cannelle, cumin, poudre de curry, aneth sec, garam masala, origan, romarin, thym, curcuma, moutarde

Sources:
Food Info
Salicylates in foods
Care2

2 commentaires à “Aliments qui contiennent de l’aspirine naturelle”

  1. CYMONE dit :

    Quand j’étais colopathe (durant 20 ans) et donc bien limitée dans mon alimentation*, je consommais souvent de la cannelle, et régulièrement des herbes aromatiques pour compenser les carences alimentaires et réduire mes maux. A ceux habituels de la colopathie, comme les maux de ventre et les diarrhées, se mêlaient souvent des douleurs articulaires, genre inflammations, sans compter les dorsalgies et les lumbagos.
    Donc je réduisais en poudre mes herbes fraîches (Thym, Romarin et sauge) que je conservais dans de l’huile de Carthame. Dans mon assiette, je rajoutais une cuillère à café de ce mélange qui me protégeait.
    Depuis ma guérison, j’ai beaucoup moins de douleurs rhumatismales, mais certaines persistent ou ressurgissent de temps à autre. Alors par méfiance sans doute et aussi par sécurité, je continue de consommer régulièrement ces 3 herbes aromatiques. Cependant j’ai changé d’huile, car depuis fin 2009, je peux consommer sans problème l’huile d’olive, qui à l’époque de ma maladie chronique, m’était insupportable, tant elle me purgeait les intestins.
    En plus, chaque matin je prends une infusion légère de thym pour me préserver des maux de gorge, des angines, des rhumes, et des bronchites. Si ça marche aussi bien, c’est aussi sans doute parce que je ne suis plus empoisonnée par les métaux de mes prothèses dentaires qui étaient à l’origine de ma colopathie (ou SII)
    *Mon alimentation se réduisait à peau de chagrin : Excepté riz, viande et poisson, plus grand-chose ne passait. Les fruits, excepté les jus de citron, et les figues de barbarie, ne passaient pas non plus. Quand aux légumes, je n’en consommais plus du tout. A chaque tentative j’étais encore plus malade et j’avais encore plus de diarrhées. Donc je m’abstenais.

    • Sol Delaforêt dit :

      Intéressant, votre parcours ! et votre recette d’huile aux aromates ; je les ai dans mon jardin, et ça me donne envie de préparer cette recette. Merci.
      Je prends la plupart des ingrédients mentionnés dans l’article, les plantes sont vraiment nos alliées!

Comments are closed.