Une ville où tout le monde travaille, il n’y a pas de police, et le salaire est de 1200 euros

Marinaleda

Avec pratiquement pas de police, de crime et de chômage, faites la connaissance de la ville Espagnole décrite comme une utopie socialiste démocratique.

Le chômage n’existe pas à Marinaleda, un village en Andalousie dans le sud de l’Espagne qui est prospère grâce à sa coopérative agricole.

En apparence, la ville Espagnole Marinaleda n’est pas différente des autres villes de cette région. Nichée dans la vallée pittoresque Campiña, la campagne environnante est verte et vallonnée, des kilomètres de plantations d’oliviers et de champs de blés dorés s’étendant à perte de vue. La ville est jolie, tranquille et typique des villes d’Andalousie, la région la plus pauvre et la plus au sud d’Espagne.

Marinaleda2

C’est aussi un village démocratique, anticapitaliste dont le maire encourage activement le vol à l’étalage.

Loading...

Depuis la crise financière qui a commencé en 2008, Marinaleda est devenue célèbre, ainsi que son Maire charismatique Juan Manuel Sanchez Gordillo, qui a gagné le surnom du « Robin des Bois Espagnol », après avoir organisé et exécuté une série de raids sur les supermarchés dans une démarche de protestation d’action directe et non-violente en août dernier. Les produits d’épicerie courants comme l’huile, le riz et les haricots ont été chargés dans des charrettes, menés du magasin jusqu’à la banque alimentaire locale pour aider les pauvres, pendant que les caissières désespérées regardaient, et quelques-unes pleuraient.

Dans une interview après l’événement, Gordillo, le maire élu démocratiquement depuis 1979, a dit qu’il ne s’agissait pas de vol, mais d’un acte non-violent de désobéissance civile.

« Il y a beaucoup de familles qui ne peuvent pas acheter de quoi se nourrir », protesta-t-il. « Au 21ème siècle, c’est absolument choquant. La nourriture est un droit, pas une chose sur laquelle on fait de la spéculation. »

Dans cette province uniquement, il y a 690000 propriétés inoccupées à cause des saisies des banques. Mais pas à Marinaleda, car Gordillo a une solution: toute personne qui veut construire sa maison peut le faire gratuitement. Les matériaux et des ouvriers qualifiés sont fournis par la mairie, et la généreuse allocation de 192 mètres carrés signifie que les habitations sont spacieuses. Les familles ne paient alors que 15 euros par mois pour le reste de leur vie, selon l’accord contractuel stipulant que la maison ne pourra être vendue pour obtenir un gain personnel.

En Andalousie, le chômage s’élève actuellement à 37% (un chiffre sidérant de 55% pour les jeunes). Mais Marinaleda, 2700 habitants, est pratiquement au plein emploi grâce à la coopérative agricole de la ville, où tous les employés gagnent le même salaire de 1200 euros par mois. Ici, dans une région où 1 personne sur 3 est au chômage, cette réussite ne peut pas être sous-estimée.

Marinaleda3

« Nous avons besoin de reconsidérer nos valeurs, la société de consommation, la valeur que nous donnons à l’argent, l’égoïsme et l’individualisme, » remarque Gordillo. « Marinaleda est un petit exemple, et nous voulons que cette expérience s’étende au monde entier. »

Source : Live Travel Enjoy

7 commentaires à “Une ville où tout le monde travaille, il n’y a pas de police, et le salaire est de 1200 euros”

  1. deburaux dit :

    il faut préciser que les terres cultivées on été exproprier par le maire qui a finalement gagné tous les procès contre un richissime duc de » bonne famille »

  2. Curci dit :

    J’ai écrit un article sur ce village il y a 3 ans avec plusieurs liens intéressants, dont des reportages radio. Pour ceux que cela intéresse : http://www.architecte.curci.fr/marinaleda-un-village-autogere-depuis-30-ans/

  3. Yannick Bovy dit :

    Marinaleda. Une petite ville de 2.700 habitants, au cœur de l’Andalousie, dans le sud de l’Espagne. Ici, il n’y a pas de policiers. Pas de voleurs. Ici, il y a moins de chômage qu’ailleurs, et on partage le travail. Ici, on paie son loyer 15 euros par mois. Ici, le maire et ses adjoints ne sont pas rémunérés, et ce sont les habitants qui commandent. Vous n’y croyez pas ? Alors venez voir. On vous emmène là où les habitants ont osé l’impensable, là où les rêves deviennent réalité.

    Réalisation : Yannick Bovy – Mars 2015 – 26 mn.

    Une émission proposée par la FGTB wallonne & produite par le CEPAG

  4. Toure Moustapha dit :

    Après avoir lu ce reportage ça fait rêver de vivre dS un monde plus juste et équitable vraiment très intéressant cette initiative.

  5. Sébastien dit :

    Un article avec une vision un peu différente, qui date de 2013:
    https://www.monde-diplomatique.fr/2013/08/HAFFNER/49520
    Parfait pour ce faire un avis que le sujet, qui est très intéressant.

  6. Ughetto dit :

    J’y suis allé voir pour le croire . Et cette utopie existe .

Comments are closed.