13 plantes sauvages comestibles faciles à reconnaitre

Vous arrive-t-il de vous demander si vous pouvez manger telle ou telle plante sauvage qui pousse dans votre jardin (ou que vous trouvez sur le bord des routes, des forêts) ? Comment les reconnaitre ? quelles sont leurs utilités, propriétés … ? Comment les anciens les utilisaient pour soulager certaines maladies … ? Sujet passionnant n’est-ce pas ? Je commence tout juste à m’y intéresser à ces plantes comestibles depuis peu afin de tirer le meilleur parti des richesses que m’offre mon jardin-potager bio.

Dernièrement, j’ai eu la chance d’avoir une bonne première approche sur le sujet car je me suis rendu, non loin de chez moi, à une promenade gourmande organisée par …
une professionnelle, au cours de cette promenade, les différents participants pouvaient apprendre à reconnaitre certaines plantes spontanées comestibles, qui se trouvent tout autour de nous et qui pour certaines suivent l’homme depuis la nuit des temps. Je vous propose un petit résumé des différentes plantes que j’ai eu l’occasion de découvrir et / ou redécouvrir.

Les plantes de prairie

L’ortie

plantes-sauvages-ortie

Allez, je commence par une incontournable et très simple à reconnaitre ! Cette plante suit l’homme depuis la nuit des temps, sa particularité est de nettoyer le sol. De ce fait, il est préférable de considérer l’endroit où elle va pousser avant de la consommer, car on peut aussi bien en trouver dans une décharge ou alors dans un lieu “sain” dans le jardin, prêt du compost … L’ortie est riche en Calcium, fer et Vitamine C, vous pouvez parfaitement consommer les têtes d’orties ainsi que les feuilles que vous pouvez cuire avec (par exemple) de la pomme de terre ou pourquoi pas concevoir une tarte, quiche ou autre mets de ce type.

Le plantain

plantes-sauvages-plantain

Grand plantain

plantes-sauvages-plantain2

Plantain lancéolé

C’est une plante qui peut être consommée en salade avec pourquoi pas un petit filet de vinaigre balsamique ou alors de l’huile d’olive aux thyms. Sa floraison a lieu à partir du mois de mai jusqu’au mois de novembre. A savoir que les oiseaux se nourrissent des graines de plantain, de ce fait, elle reste une plante comme toutes les plantes d’ailleurs, qui permet de favoriser la biodiversité et pouvant servir à nourrir différentes espèces. Une Astuce utile qui est probablement déjà arrivée à chacun(e) d’entre nous : Pour soulager les piqûres d’orties, vous pouvez soit utiliser de l’oseille, de la mauve ou encore du plantain que vous trouverez généralement à proximité de l’ortie !

Le trèfle

plantes-sauvages-trefle

Je ne sais pas si vous avez déjà gouté mais j’ai été vraiment très surpris par le gout et c’est vraiment une plante qui peut recouvrir très facilement une surface de votre jardin, que l’on trouve un peu partout. Cette dernière peut être consommée en salade que vous pouvez accompagner de bien d’autres ingrédients comme de la tomate … Ou bien accompagner une part de quiche ou de tarte.

La pâquerette

plantes-sauvages-paquerette

Voici une plante vivace riche en Calcium également parfaitement comestible encore faut-il avoir le courage d’aller les cueillir une à une dans le jardin ! Cependant, elle pourra agrémenter vos salades en leur donnant de la couleur de par les fleurs et les feuilles. Comme chacune des plantes citées jusqu’ici, je vous suggère de ne pas cueillir les pâquerettes n’importe où ; dans de nombreux lieux, l’usage des pesticides et autres produits toxiques sont monnaie courante et rendent malheureusement la nature impropre à la consommation. Ce ne sont peut-être pas les mots les plus appropriés mais en clair, je suggère de faire les cueillettes dans des lieux “sains » et propres comme le sont nos jardins-potagers bio (par exemple).

Le pissenlit

plantes-sauvages-pissenlit

Il est très riche en vitamines et minéraux. Les fleurs peuvent être utilisées pour faire du vin de pissenlit ou alors de la confiture, tandis que les racines et les feuilles sont plus particulièrement utilisées en guise de salade, de soupe, ou encore d’infusion. Comme vous pouvez le voir, cette plante à elle seule vous offre de nombreuses possibilités gustatives. La floraison se fait à partir du mois de mars et ceci jusqu’au mois de novembre.

Attention toutefois ! Le bouton d’or qui fait partie de la famille des renoncules est toxique (il entraine des troubles digestifs de type nausées, vomissements) et ne peut pas être consommé. L’arum est également toxique.

Les plantes de sous bois et de haies

Le Lierre Terrestre

plantes-sauvages-lierre-terrestre

J’ai adoré le gout de cette plante, elle n’est peut-être pas facilement reconnaissable. Cependant, les feuilles peuvent être particulièrement intéressantes pour parfumer le taboulé en cuisine, ou bien consommées en salade. Une fois séché, il peut également être utilisé pour faire des tisanes. La floraison commence au mois de mars et perdure jusqu’à l’automne. Il s’agit d’une plante très utile au jardin car elle attire et nourrit les pollinisateurs et plus particulièrement les bourdons qui se nourrissent du nectar de ses fleurs.

Le Gaillet gratteron

plantes-sauvages-gaillet

Riche en vitamine C. Il s’agit d’une plante possédant des feuilles très “collantes”, ou devrais-je dire qui s’accrochent et qui sont rugueuses. C’est une plante annuelle qui fleurit de mai à octobre. Ses feuilles et ses fleurs peuvent être consommées crues en salade par exemple ou simplement pour agrémenter, donner du goût à cette dernière.

Les ronces

plantes-sauvages-ronces

Nous avons tendance à leur faire la guerre car elles s’épandent rapidement dans le jardin et pourtant elles offrent de nombreuses richesses pour le jardinier. Cette plante est riche en tanin et en vitamine C. Il est parfaitement possible de consommer les bourgeons tandis que les tiges peuvent être utilisées pour la vannerie. La floraison a lieu à partir du mois de juin et ceci jusqu’au mois d’août. Sans oublier qu’elles présentent un intérêt écologique car elles abritent certains mammifères (sangliers, renards) et c’est également la plante hôte de plusieurs papillons, elles sont la nourriture des chevreuils et de beaucoup d’oiseaux et sont les premières plantes à couvrir le sol dans l’expansion d’une forêt.

La noisette de terre ou conopode

plantes-sauvages-conopode

Elle fait partie de la famille des Apiacées. Cependant, il faut faire attention à ne pas la confondre avec la grande cigüe qui fait partie de la même famille mais qui est toxique et qui peut provoquer des troubles digestifs, des vertiges, des céphalées, ou encore des convulsions dans les cas extrêmes. En clair, il vaut peut mieux l’éviter. La floraison des noisettes de terre a lieu entre mai et juillet. Vous vous demandez comment les récolter ? Il vous suffit de gratter dans la terre pour aller chercher la racine car le tubercule de cette plante qui a un goût de noisette se consomme de septembre jusqu’à la floraison.

La silène ou « compagnon rouge »

plantes-sauvages-silene

Il s’agit d’une plante vivace et dont les jeunes pousses font leur apparition à partir du mois de mars jusqu’au mois de mai. Ces dernières (les jeunes pousses) peuvent être consommées cuites ou bien en salade. Ensuite vient la floraison qui a lieu à partir du mois de mai jusqu’au mois de septembre et dont les fleurs peuvent également se manger en salade.

L’oseille sauvage ou rumex

plantes-sauvages-rumex

Voici une plante bio indicatrice qui permet d’améliorer un sol trop tassé. Au niveau de la cuisine, de nombreuses recettes sont possibles, vous pouvez en faire des soupe, des salades (encore et toujours) mais aussi des sauces, donner du goût à vos plats … La période de floraison a lieu de mai à juillet.

A propos des plantes bio indicatrices : Il est important de les voir dans leur ensemble et de ne pas se baser uniquement qu’à une seule d’entre elles présente dans votre jardin. Cependant, un jardin évolue avec le temps, le sol s’améliore et les plantes varient au fur et à mesure des années donnant des indications sur la qualité de votre terre à conditions de les laisser s’exprimer, s’étendre et surtout de savoir les reconnaitre.

Le sureau noir

plantes-sauvages-sureau

Cet arbuste dont la présence indique un sol riche en azote est également appelé la vanille du pauvre et dégage une forte odeur facilement reconnaissable. Vous pouvez la consommer de plusieurs façons ; les fleurs du sureau peuvent servir à faire des beignets ou alors du sirop. Une fois séchée elle peut également être utilisée en tisane. Les fruits quant à eux peuvent être consommés cuits en confiture mais aussi en sirop. La floraison de cet arbuste a lieu en début d’été et sa fructification se fait à partir du mois d’août jusqu’au mois d’octobre. Pour conclure sur le sureau, il ne me semble pas que les feuilles soient consommables (n’hésitez pas à confirmer via un commentaire). Si vous consommez les fruits crus, limitez-vous à une dizaine car ils ont un fort effet diurétique.

La berce commune

plantes-sauvages-berce

De nouveau une vivace faisant partie de la famille des Apiaceae. Exactement comme tout à l’heure, il faudra faire attention à ne pas la confondre avec la grande cigüe qui est toxique (voir plus haut avec la noisette de terre). Pour essayer de vous donner un aperçu du goût de la Berce commune et plus particulièrement au niveau de la tige, cela ressemble un peu à la mandarine. Il est tout à fait possible de l’utiliser pour faire des cakes, de la farine ou alors de s’en servir en guise d’aromate pour donner du goût à vos plats. La floraison commence au mois de Juin et ceci, jusqu’en septembre.

Le nombril de Vénus

plantes-sauvages-nombril

Une plante vivace très jolie qui contient du fer, des vitamines et des minéraux. Les feuilles sont utilisées en cuisine pour composer des salades et les fleurs se mangent également. Si on enlève la pellicule de la feuille et que l’on frotte on peut soulager les petites blessures et coupures. La floraison a lieu entre le mois d’avril et le mois de mai.

Pour conclure

Comme vous pouvez le voir, il existe beaucoup de plantes qui peuvent se consommer et qui se trouvent tout autour de vous dans votre jardin … Il faut tout de même rester vigilant et être sûr de vous avant de les consommer car certaines d’entre elles se ressemblent et peuvent malgré tout être toxique, donc je préconise la prudence ! Si vous avez envie d’aller plus loin sur le sujet et connaitre les différentes plantes comestibles qui vous entourent, voici quelques ouvrages qui peuvent vous aider …

Yannick Hirel

Au Potager Bio

6 commentaires à “13 plantes sauvages comestibles faciles à reconnaitre”

  1. chania dit :

    comment l’avoir en PDF, SVP MERCI

  2. Yohan Mazaudier dit :

    Le nombril de vénus est très efficace contre les brulures !
    Il suffit de gratter légèrement la membrane externe de la feuille et de recouvrir la brulure avec, de maintenir la feuille avec un sparadrap. La brulure disparait au bout d’une dizaine de jours , laissant une peau neuve !
    j’ai testé le mois dernier sur les conseils d’un ami, le résultat m’a très fortement surpris, donc à partager 🙂

  3. Dennis dit :

    Il me semble que le mobril de venus correspond aussi au CENTENARIA plante qui a de mutiples proprietes medicinales

  4. Christophe dit :

    Attention au sureau.
    Il a un cousin très proche qui est dangereux.
    La seule façon de ne pas s’tromper est de regarder les grappes de fruits.
    Si elles regardent en bas, pas de risque.
    Et forcément si les grappes regardent le soleil, pas touche.
    Bonne dégustation.

  5. Elise dit :

    Bonjour,
    Attention aux déterminations de vos plantes ! La Nature si généreuse peut aussi être dangereuse sans quelques précautions…
    D’ailleurs dans vos photos, de nombreuses erreurs se sont glissées : Les pâquerettes ne sont pas de pâquerettes, le trèfle me semble être un oxalis et votre Rumex, bien que de la même famille n’est pas l’oseille sauvage dont vous parlez…
    Rien de grave dans vos confusions, mais cela manque de vérification botanique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *