« Prescrire » des fruits et légumes permettrait d’économiser 100 milliards de dollars en frais médicaux

Des chercheurs de l’Université Tufts, Massachussets, ont démontré que les fruits et légumes subventionnés pourraient prévenir des millions de cas de maladies chroniques.

Il est peut-être temps que les médecins commencent à prescrire plus de produits naturels que de comprimés. C’est du moins ce que disent les chercheurs dans une nouvelle étude selon laquelle les « ordonnances » pour des aliments sains pourraient permettre d’économiser plus de 100 milliards de dollars en coûts de soins de santé.

Ces chercheurs de l’Université de Tufts ont démontré que les fruits et légumes subventionnés pourraient prévenir des millions de cas de maladies chroniques. Selon le CDC (équivalent de notre Anses), environ 70 % des maladies aux Etats-Unis sont chroniques et dues au mode de vie, et près de la moitié de la population souffre d’un ou plusieurs problèmes de santé chroniques, tels que le diabète, l’asthme, les maladies cardiaques, l’obésité ou le cancer.

C’est une question coûteuse : 86 % des coûts annuels de soins de santé aux Etats-Unis sont dus aux maladies chroniques. Aux Etats-Unis, les dépenses de santé ont triplé au cours des 50 dernières années, passant de 5 % du produit intérieur brut en 1960 à 17,9 % en 2016, selon le CDC.

L’étude, publiée dans la revue médicale PLOS Medicine, a suivi des adultes âgés de 35 à 80 ans inscrits au Medicare et ou Medicaid. Elle a ensuite établi deux scénarios : l’un dans lequel Medicare / Medicaid prenait en charge le coût de 30 % des fruits et légumes, l’autre dans lequel il prenait en charge des fruits, des légumes, des fruits de mer, des céréales complètes, des huiles végétales et d’autres aliments sains.

Les résultats ont montré qu’avec de telles subventions, les sujets dépendent moins des soins de santé. Le premier scénario permettrait d’éviter 1,93 million d’événements cardiovasculaires, tels que des crises cardiaques, et 350 000 décès, ainsi que de réduire les coûts de soins de santé de 40 milliards de dollars. Le deuxième scénario élargi éviterait 3,28 millions d’événements cardiovasculaires, 620 000 décès et 120 000 cas de diabète et permettrait au système américain d’économiser 100 milliards de dollars.

Loading...

« Les deux scénarios étaient rentables à 5 ans, et très rentables à 10 et 20 ans et plus au cours de la vie », lit-on dans l’étude.

Actuellement, 76 % des visites chez le médecin conventionnel donnent lieu à une ordonnance pour un médicament, ajoutant 3 300 milliards de dollars supplémentaires dépensés chaque année en soins de santé.

La nourriture en tant que médicament a été préconisée dans les industries de la santé et du bien-être.  L’année dernière, le Farm Bill de 2018 comprenait un programme de prescription de produits alimentaires de 25 millions de dollars destinés à financer des projets pilotes d’instauration d’aliments plus sains.

Il intervient après plusieurs autres tentatives pour couvrir les coûts des aliments nutritifs. En 2013, New-York a testé un programme pilote d’alimentation sur prescription dans deux hôpitaux publics desservant principalement les quartiers populaires et à faible revenu. Les familles ont reçu des bons d’achat et ont régulièrement rencontré des nutritionnistes pour discuter de leurs habitudes alimentaires.

L’intégration de meilleurs aliments est également un élément important de la médecine fonctionnelle qui préconise une approche plus holistique de la santé et du bien-être. Parsley Health, entreprise dans le secteur des soins préventifs de santé, préconise par exemple des « ordonnances » pour des aliments plus sains, ainsi que le yoga ou la méditation, en plus du recours aux produits pharmaceutiques. Elle a actuellement trois sites et prévoit de s’agrandir au cours de l’année prochaine.

« Ces approches alimentaires en tant que médecine gagnent réellement en popularité » a déclaré au magazine Popular Science, Dariush Mozaffarian, auteur de l’étude, doyen de la Friedman School des Sciences et politiques de la nutrition à l’Université Tufts. « Si des études pilotes sont mises en œuvre et fonctionnent, il est très probable que vous puissiez, dans un avenir proche, aller chez le médecin et qu’il vous prescrive une ordonnance pour des aliments qui sera prise en charge partiellement par une compagnie d’assurance ».

Source: www.fastcompany.com