Les 10 ingrédients les plus dégoûtants cachés dans la nourriture industrielle

 Tous les jours, et sans même en avoir conscience, on avale des substances plus dégoûtantes les unes que les autres, et dont l’origine risque d’en surprendre plus d’un.

1) Des traces d’engrais – dans le pain : cachées sous la douce appellation scientifique d’ammonium sulfate, on peut trouver des traces d’engrais dans les baguettes et pains industriels, notamment ceux de la chaîne de restauration rapide Subway…

2) Des glandes anales de castor – dans les bonbons : les sécrétions de glandes anales de castor, ou castoreum pour les intimes, entrent dans la composition des parfums et eau de cologne, mais aussi des bonbons… Elles réhaussent le goût de framboise des sucreries.

3) De la graisse de boeuf – dans les biscuits. Nombre d’entre vous ne seront pas surpris d’apprendre que certaines marques agrémentent leurs biscuits ou barres chocolatées de graisse de boeuf. On zappe le goûter ?

4) Des insectes écrasés – dans les colorants alimentaires rouges. L’idée de manger des insectes vous répugne? Et bien sachez que vous en avalez déjà une petite dizaine lorsque vous mangez des aliments qui contiennent de “l’acide carminique”. Certains industriels essaient même d’apposer une mention “colorant naturel” sur les produits dont les colorants sont issus d’insectes écrasés. Ça donne envie.

5) Du jus de coccinelle – pour le glaçage des bonbons. On a tous déja goûté aux bonbons de type skittles ou aux paillettes colorées comestibles utilisées pour décorer un gâteau… Leur glaçage solide à effet “laqué” est issu des sécrétions des femelles coccinelles, “gomme-laque” ou “shellac” dans le jargon scientifique.

6) De la laine de brebis – dans les chewing gum. Le lanoline est une substance obtenue à partir de la purification et raffinage du suint, partie grasse de la laine. Elle se cache sous le nom de “gomme base” ou “gum base”. Un repas, un café… Une brosse à dent ?

Loading...

7) Des cheveux humains et des plumes de canard – dans le pain. La cystine ou la L-cysteine est un acide animé que l’on retrouve notamment dans les cheveux humains et les plumes de canard. Il n’est pas rare de retrouver la mention “L cystéine” sur l’étiquette des produits halal et kasher… Cette substance est aussi présente dans la plupart des pains industriels.

8) Du goudron de houille – colorant pour bonbons roses. Bien que le goudron de houille soit classé 199ème par l’ONU dans la liste des substances dangereuses, les industriels continuent à l’utiliser comme colorant alimentaire, notamment pour les bonbons et autres sucreries auxquels on veut donner une couleur rouge ou rosée.

9) De l’estomac de veau – dans le fromage. Un bon nombre de fromages contiennent de la présure, un coagulant naturel extrait du 4ème estomac de veau. Au Royaume-Uni, les consommateurs sont informés de la présence de présure dans le fromage pour aider les végétariens à choisir en toute connaissance de cause, mais dans le reste du monde, aucune indication n’est donnée à ce sujet. Vous n’avez plus qu’à essayer de deviner!

10) Du sable – dans le chili. Votre chili a un goût de vacances ? Rien d’étonnant, puisque certaines marques utilisent de la silice, autrement dit du sable, comme anti-agglomérant.
Alors, lesquelles de ces substances avez-vous ingérées aujourd’hui ?

Sources:
Organic jar
Bio à la une

27 commentaires à “Les 10 ingrédients les plus dégoûtants cachés dans la nourriture industrielle”

  1. Mamane laouali chaibou dit :

    Très maran! Les veritables teorristes ne sont plus ceux qui prend les armes contre leurs prochaines mais ceux là qui nous empoisonnent dans les aliments et dans les medicaments

  2. doc dit :

    Mamane laouali chaibou : ça depend, pour Bescherelles la vraie terroriste c’est vous 🙂

  3. Silpion dit :

    Ce sont tous des composés naturels, il faut savoir ce qu’on veut. Les gens n’ont pas envie de savoir qu’ils mangent des insectes, des groins de porc, des pattes de poulet, etc… qui ; malgré leur image dégoutante sont parfaitement comestibles et sans danger. L’autre solution : d’énormes gaspillages (tous ces produits comestibles ne se vendraient pas s’ils étaient présentés tels quels, ce qui serait un gâchis incroyable) ; et de la chimie pour les remplacer. Je préfère un colorant bio à base d’insectes qu’un colorant fabriqué dans une fiole. Les pseudos écolos qui trouvent ça dégoutant uniquement car c’est utilisé par de grandes industries sont à côté de la plaque.

  4. Végéta*ien dit :

    Merci pour la liste.

    Mais dommage de ne pas trouver dans cet article davantage d’informations ! La nourriture industrielle peut renfermer à peu près n’importe quoi, ce n’est guère nouveau.

    Comment repérer et éviter les ingrédients en question ?

    • admin dit :

      Des que vous mettez le pied dans un super marché non bio vous prenez un risque. Lisez les étiquettes et vous verrez qu’il y a pratiquement toujours du chimique dedans. Si on consomme une majorité d’aliments non transformés biologiques et un peu d’aliments transformés bio alors on est déjà plus surs qu’il n’y a pas de problèmes.

      • Inti dit :

        Vous voulez savoir ce qu’il y a dans une banane 100% naturelle?

        http://jameskennedymonash.files.wordpress.com/2013/12/ingredients-of-a-banana-poster-4.jpeg

        Ça fait peur? Non, si l’on est conscient que tout est chimique et que l’alimentation est une question bien plus complexe que la simple dichotomie « bio/naturel = bon, chimique/synthétique = mauvais ».

        • Marc dit :

          Pas tout à fait! Complexe seulement quand l’industrie agro-alimentaire s’en mêle. Bien sûr que la nature est chimique. Mais, on parle ici de chimie organique en symbiose. Les produits chimiques synthétiques sont évidemment fabriqués en laboratoires et sont utilisés pour des besoins spécifiques de goût, de coloration, de conservation, etc. Ils sont inorganiques – donc non assimilable par l’organisme.

          De toute façon, quand on y regarde de près, il n’est pas très difficile de réaliser qu’on fait face à un danger pour la santé humaine. Ce sont généralement les gens qui s’alimentent à la malbouffe qui remplissent les urgences d’hôpitaux. Les maladies dégénératives sont en progression fulgurantes depuis 50 ans. Juste ça, suffit à comprendre que la simple dichotomie n’est pas très complexe. L’un est bon, bio/naturel, l’autre un assassin en liberté, chimique/synthétique.

          Cependant, attention! L’industrie du naturel (et parfois même du bio) est aussi en train de perdre les pédales. On y retrouve de plus en plus du n’importe quoi dont, pour les végétariens, des imitations sordides de nourritures commerciales (épiceries).

  5. fareed dit :

    même en magazin bio je conseil de bien lire les étiquettes ,notamment des cosmétiques ,j’ai acheter un shampoing à base d’orties ,quel ne fut pas ma surprise de voir qu’il contenait du glutamate de sodium un exhausteur de goût !!!!!

  6. jon dit :

    @ Silpion une simple question ne pense tu pas tous simplement que les produits utilisés ne pourrais ne pas être utilisés cela serait trop difficile ou altérerait le gout honnêtement je pense que non car a ce que je sache exemple chez la marque bonne maman on n’utilise pas de graisse de bœuf pour faire un biscuit et mon boulanger n’utilise pas de cheveux humain ou plume de canard pour les baguettes qu’il vend
    Le souci actuel est simplement le non étiquetage correcte des produits pour moi manger du cheval dans des lasagnes oui mais cela doit être écrit .
    Et le Pseudo bio ou pour moi bio signifie (agriculture biologique et bonne aussi pour l’environnement) mais quand je vois de l’huile de palme dans chaque produit cela n’a rien du tous de bio 😉

  7. Nolwenn dit :

    pour recevoir les nouveaux articles

  8. P.S dit :

    Si on aime le fromage la présure est obligatoire. Et ça a même bon gout seul!! On retrouve beaucoup de molécules de notre corps dans celui d’animaux. Ce n’est pas toujours très ragoutant mais c’est comme çà! Et on mange bien des huitres vivantes ou des escargots (estomac et intestin compris). Alors pourquoi crier au loup pour quelques insectes? Qui sont utilisés depuis le moyen age au moins… après si la molécule en question est dangereuse (et prouver scientifiquement par un organisme indépendant), là, oui on peut dire non.

  9. Marco dit :

    Je ne vois pas ce qu’il y a de dégoutant. A ce nivaux on peut ajouter le miel et la gelée royales qui sont du vomit d’abeille. Et puis de nombreux crustacés comme les crabes et les crevettes sont des charognards, les coquillages, les plantes et les légumes sont des pompes à merde. J’ai mangé des insectes en Asie et je n’ai pas trouvé ça répugnant. Il n’y a que la houille et autres produits chimiques toxiques que l’on met dans la nourriture que je trouve choquant, pour ne pas dire criminel, pour le reste je déconseilles ceux qui sont gnangnans d’aller bouffer dans les restos ou les fast-food parce que là c’est de la vraie merde qu’on avale.

  10. Alx dit :

    Pour le n°9: la mention « présure microbienne » ou « végétale » existe en Belgique; en France aussi, je pense.

  11. Filion dit :

    D’où détenez-vous vos sources?

  12. Maxvm dit :

    La présure n’est pas « LE 4éme estomac du veau » mais un un liquide constitué d’enzymes digestives qui en est prélevé. C’est un technique ancestrale dans la fabrication du fromage qui sert à faire coaguler le lait.

  13. Morgwen dit :

    Je rejoins tout à fait Coco et Maxvm, il y a beaucoup de raccourcis dans cet article et de désinformation. Je rajouterais :

    Castoreum : de plus en plus rarement utilisé car il faut tuer l’animal, majoritairement remplacé par l’huile de ricin (castor oil sur les étiquettes) ou un composé de synthèse

    Les insectes écrasés : rien de nouveau, cela fait des années qu’on les emploie et la plupart du temps, le nom de l’insecte est mentionné tel quel.

    Lanoline : produit miracle naturel (notamment pour aider la peau à cicatriser), en quoi est ce dégoûtant ? Pour info, ce composé est autorisé pour la cosmétique bio (même s’il est ici question de nourriture)

  14. anthony dit :

    La presure ce n est oas de l estomac de veau , deja l article est tres simplifie , ensuite ou est le probleme a utiliser des insecte a la place de colorant chimique

  15. Marsu dit :

    Concernant les « soit disant cheveux dans le pain » la cystéine est un des 20 acides aminés qui est la base de toutes les protéines du vivant il est donc normal d’en manger dans la plupart de nos aliments. Et en quoi est-il choquant de manger des produits à base de colorants issus d’insectes et donc naturels ?

  16. Eric dit :

    Dans le 9: l’histoire du fromage et des végétariens en Angleterre … Si vraiment on est végétarien on ne mange pas de fromages car produit issu du milieu animal… Problème des étiquettes résolue 🙂

  17. Sol Delaforêt dit :

    Au fait, les insectes pour le colorant rouge : ce n’est pas la COCHENILLE ? déclarée cancérigène !

Comments are closed.